- Je bois au beau sexe des deux hémisphères.
- Et moi, je bois aux deux hémisphères du beau sexe !
Marquis de Bièvre

vendredi 30 avril 2010

Une campagne de prévention….

A intervalles plus ou moins réguliers une nouvelle campagne de prévention vient nous recommander de surveiller notre diabète, notre vue, nos dents ou autre, et il faut bien reconnaître que ces campagnes sont souvent un peu soporifiques.
Le ministre brésilien de la santé a choisi une communication plus rentre-dedans. En effet pour le lancement d'une grande campagne de prévention contre la tension artérielle, il a déclaré " Les gens doivent bouger. Le match de foot du week-end ne doit pas être la seule activité physique du Brésilien. Il faut faire des exercices, marcher, danser et faire l'amour protégé"
Je vais peut-être me reconvertir pour devenir animateur de campagne de prévention…

mercredi 28 avril 2010

Huiles essentielles….

Assis devant la télé, écoutée d'une oreille diverse, et soudain entendu "Les parfums d'homo aux huiles essentielles sont si intenses qu'ils pourraient transformer votre journée…." Serait-ce une invitation à l'homo voire la bisexualité, une invitation à la découverte à s'ouvrir de nouveaux horizons, à élargir le cercle de ses amis ?
Retour brutal à la réalité, j'avais mal entendu, une simple histoire de lessive, Omo développe des lessives aux parfums enrichis aux huiles essentielles. A défaut de découverte, nous aurons au moins des senteurs inédites pour les dessous et la literie…


Un bruit de pas.

Un soir, la gare de RER, la nuit tombée, une soirée fraiche et douce. Et soudain derrière moi un bruit de pas, un pas de femme,  et mon imagination s'emballe, des talons hauts ? et pensant que j'avance rythmé par ses pas, je l'imagine, la rêve, sa jupe, ses bas, son allure… Et soudain les pas s'arrête, je suis seul dans la rue avec mes rêves…



dimanche 25 avril 2010

Un matin ensoleillé.

Une belle clarté illumine la rue, quelques rares nuages blancs dans un ciel si bleu, la douce fraicheur de l'ombre sous les arbres des pavillons dont les jardins se succèdent. Entre deux arbustes, une silhouette. Une femme dans son jardin, sortie regarder ses plantations. Elle est de dos, se penche, se penche encore, sa jupe remonte lentement… Je la dépasse un sourire aux lèvres.
Une bien jolie matinée ensoleillée….



vendredi 23 avril 2010

Ciels d'orages

Ciels d'orages
Dans les ciels d'orages emplis de noires nuées parfois apparaissent des trouées de lumière, d'une luminosité éclatante, écrasante et terrible. Cette lueur est effroyablement courte, et disparaît au moment même où elle atteint son paroxysme. Le ciel en devient alors encore plus noir, plus bas, plus écrasant.
Et ne reste alors que ces images merveilleuses, souvenirs d'instant éphémères qui font encore briller quelque bulle au fond des yeux lorsque la cruelle banalité de la vie font chavirer le cœur vers l'obscurité de la vague.

Du quartier des Halles à Robin des Bois….

Parfois des paroles de chanson nous flottent obsessionnellement dans la tête. "Je ne reviendrai plus dans le quartier des Halles. Mes diables sont partis, pour Dieu sait quel enfer..." Est-ce Diable ou Diablesse, vraiment je ne sais pas, mais son sourire hante les rues, son rire retentit encore sur les façades. L'idée de croiser un fantôme, surtout sur l'emplacement de l'ancien charnier des Innocents, ne m'inspire guère. Et c'est ainsi que, à grands coups de nostalgie, ce sont des pans entiers de Paris où je traine plus…
"Et tu confonds pauvre imbécile l'amour et la géographie." la vie continue pourtant, E la nave va. Faut-il préciser qu'il n'y a là aucune allusion à un quelconque légume, à une quelconque production maraîchère ?
Qui habet aures audiendi, audiat  !

Je vais au bois….

- Je vais au bois de Vincennes, je vais mater les petits culs….
- T'as pas fini ?
- Si j'ai des yeux, c'est pour m'en servir …
-Non ! Ne me parle pas de tes doigts…


mercredi 21 avril 2010

Au bout de la jouissance…

- Quel effet cela te fait quand tu jouis ?
- Je ne sais pas, je ne suis pas là….

mardi 20 avril 2010

Joyeux anniversaire


Nous nous rencontrerons le jour de mon anniversaire avait –elle promit, et ajoutant et je m'offrirais à vos envies, vos désirs, tous, je serai docile et offerte. Et elle est arrivée, son sourire, son regard, elle se colle à moi en murmurant je veux vous appartenir sans réserve. Ses vêtements tombent aussitôt, et elle apparaît vêtue de sa guêpière, de ses bas et d'escarpins. Ses seins lourds sont offerts. Mes doigts en caressent, pincent les pointes, les tords doucement, elle gémit un encore.

Elle est à quatre pattes, le cul tendu, et va ainsi chercher son plug qu'elle ramène dans sa bouche. Les cheveux tirés, la tête renversée en arrière, bouche ouverte le plug glisse entre ses lèvres. Dans un sourire je lui glisse à l'oreille, montre moi ce que tu sais faire avec de plug, je te regarde. Dans cette position mon regard planté dans le sein, elle l'introduit dans ses fesses, elle gémit, s'ouvre, le plug entre enfin.

A nouveau à quatre pattes, je lui rappelle qu'un anniversaire sans bougie n'est pas un anniversaire. J'en place donc une à la base du dos, et il est hors de question que cette ingrate la fasse tomber. Immobile ainsi, pluguée, la bougie et ses seins voluptueux offerts. Les pinces effleurent ses seins, les caressent et se referment. Les lèvres serrées, elle reste immobile, silencieuse, je commence alors à jouer avec ces pinces…

La fête d'anniversaire commence…

lundi 19 avril 2010

Encore une information déroutante.

Au Royaume-Uni, selon un sondage mené par le site Limelife, des hommes et des femmes seraient d'accord pour échanger le sexe contre autre chose. 82% des participants étaient des femmes, 18% des hommes et les résultats sont étonnamment assez similaires pour les deux sexes.

Ainsi les femmes échangeraient le sexe pour :
à 35% une histoire d'amour,
à 25% une BMW,
à 9% le chocolat,
à 8% leur téléphone portable,
à 7% l'alcool,
à 5% le bacon,
à 5% Facebook,
à 3% une grande télévision haute définition,
à 3% leur ordinateur portable.

Quant aux hommes interrogés, ils répondent :
à 30% une histoire d'amour,
à 27% une BMW,
à 13% l'alcool,
à 10% une grande télévision haute définition,
à 10% Facebook,
à 9% leur téléphone portable,
à 9% le bacon,
à 8% le chocolat,
à 7% leur ordinateur portable.

Je ne voudrais pas critiquer nos voisins britanniques, mais quand même… Drôle d'échange, alors que l'on voit bien tout l'intérêt de ce que nos voisins sont prêts à échanger. En effet, la liste est pour le moins évocatrice, l'on utilise un ordinateur portable pour se connecter sur Facebook, y rencontrer un ou une partenaire, voire plusieurs selon ses goûts qui vous envoie ou à qui l'on envoie une vidéo à regarder d'une main sur une télévision haute définition, l'on se fixe un rendez vous à l'aide du téléphone portable, avant de boire un verre et se s'envoyer en l'air dans une BMW, quoique pour celles et ceux qui auront choisi plusieurs partenaires risquent d'être là à l'étroit. La suite laisse des variantes entre un morceau de chocolat pour reprendre un peu d'énergie, voire du Viagra, et le début d'une histoire d'amour. Mais que vient faire le bacon ici ? Serait-ce là une perversion typiquement britannique conséquence de l'éducation anglaise ?



samedi 17 avril 2010

Libérés dans la nuit

- T'as entendu aux infos, les deux directeurs d'Essex ont été libérés dans la nuit.
- Moi j'en étais resté aux directeurs de conscience, des directeurs de sexe c'est quand même curieux, surtout si on les lâche dans la nuit…



Une nouvelle qui vibre…

Mais où s'arrêteront les effets du progrès technique ?  L'usage de la carotte, du radis noir ou d'autres légumes ayant fait les preuves de son efficacité, quelque soit l'orifice concerné, très vite sont apparus de nouveaux objets plus adaptés de longueurs et diamètres variables pour satisfaire tous les usages. Ils furent ensuite équipés de petits moteurs pour en améliorer l'efficacité, puis vinrent les télécommandes qui ouvrirent le champ à de nouveaux jeux, et même pilotables par internet.
Mais, une jeune britannique vient de découvrir un nouvel effet de la Wi Fit. Cet appareil selon son constructeur permettait de jouer et d'améliorer sa condition physique. Mais pour Amanda, il eut d'autres conséquences. Suite ç une chute sur Wii Balance Board, son médecin lui a diagnostiqué un "syndrome d'excitation génitale persistante causé par un nerf endommagé". Elle ne supporterait plus la moindre vibration, plus de téléphone mobile, plus de mixer…
Coté positif elle n'a plus besoin de changer les piles de son vibro….

mardi 13 avril 2010

Extase…

Comment suis-je donc passé en si peu de jours d'une bête diabolique à queue fourchue aux saintes écritures ? Serait-ce là un aspect déplorable certes de ma con-cul-pissance m'imposant de courir, à genoux bien sur, à con-fesse ? Ou bien serait-ce plus prosaïquement parce que libertins et religieux se retrouvent sur un point au moins l'extase, de l'extase mystique de Sainte-Thérése d'Avila à l'extase charnelle de Justine.
Cette femme à genoux, nuque ployée, prie-t-elle ou s'offre-t-elle,  ce regard est-il illuminé par l’extase divine ou par la une vigoureuse pénétration ?


Queue d'âne

Et, puisque d'aucune faisait remarque que serpent ou lézard, il y a une histoire de queue, pou éviter de finir cet échange sur que dalle, reprenons et saisissons nous donc de cette queue là. Non pas celle du Renard évoquée, trop touffue pour être honnête, mais qui pourrait cependant se prêter à de jolis jeux, ni une queue de poisson, trop froide. Oserais-je proposer donc pour éviter de finir avec que dalle de choisir d'avoir queue d'âne.
Délaissant le roman de San Antonio retraçant la vie sexuelle de Bérurier et le charmant ruisseau de Dordogne, quoique Bérurier forniquant dans un ruisseau champêtre, mais je m'égare. Délaissant donc ces queues d'âne là, connaissez vous ce jeu présumé enfantin où l'on accroche l'image de l'âne sur un mur, l'on Bande les yeux des participants qui essaient à tour de rôle de coller la queue  à sa place. A la lecture de ce descriptif, je voie là un jeu pour grandes filles, et grands garçons maniant, déplaçant, plaçant la queue de l'âne. Mais même en jouant ainsi, et sans vouloir passer du coq à l'âne, du coq entourée de poules maniant la queue d'âne, il importe de vieller à son vocabulaire, le passage en effet de la queue d'âne à la bite du même animal serait en effet redoutable, la biote d'âne étant non pas un sex toy de taille impressionnante mais un marteau… Laissons donc nos pensées vagabonder vers ces belles poules, ou coqs, chacun ses goûts, maniant et tentant de placer avec allégresse ces queues d'âne, d'où l'expression bander comme un âne ?

lundi 12 avril 2010

Des mots…

"J'ai ôté ma tunique comment la remettrais-je ?... Mon bien aimé a passé la main par la fente, et pour lui mes entrailles ont frémi…."
Un texte délicieusement évocateur, un texte qui me laisse rêveur, un texte suscitant un trouble délicieux, un texte qui évoque des désirs infinis, des plaisirs intense… Un très beau texte, sans fausse modestie. Sans fausse modestie, puisque ces mots ne sont, hélas, pas de moi.
J'avais un jour parié avec une belle qu'elle n'en trouverait pas l'auteur, et elle a eu un gage, un gage délicieux.

jeudi 8 avril 2010

Un peu de sérieux, que diable..

Et puisque d'aucune notait que ce post manquait de sérieux, dois-je préciser que mes centres d'intérêts ne se limitent pas à la vie sexuelle des lézards, fussent-ils géants, ni à celle des mites ou des cachalots. Et devrais-je lui préciser que je rêve que d'Elle  enchaînée, attachée, liée, muselée, ligotée, mie aux fers, menottée, entravée, immobilisée, bridée, bâillonnée, jugulée, emmuselée afin de pouvoir la pénétrer, la prendre, la saillir, la forcer, la remplir, la bourrer, la baiser, la posséder, la foutre…
Un peu de sérieux, que diable.. ou queue de diable, fourchue, bien sur !

mercredi 7 avril 2010

Une nouvelle espèce de lézard géant découverte aux Philippines


Varanus bitatawa, joli nom pour un lézard, mesure deux mètres et possède un corps et des pattes bleu-noir tachetés de vert-jaune. Les mâles ont un double pénis, ou hémipénis, que possèdent aussi d'autres lézards et certains serpents, lesquels peuvent être utilisés en alternance durant la copulation. Que de portes ouvertes ainsi ! Jouent-ils aussi à trois ? Sont-ils bisexuels ? Par contre  pour la fellation, il faut une grande bouche, voire deux bouches, quant à la branlette, pas question de changer de main, à moins qu'avec les pattes arrière…

Par contre pour les gourmandes, et gourmands, je n'ai trouvé aucune infirmation sur la longueur, et le diamètre, du double pénis.

mardi 6 avril 2010

Au cinéma…



Elle avait lancé avec son sourire pétillant l'idée de se faire un ciné. Et, de sourire en sourire, de clins d'œil en clin d'œil, au long des messages, l'idée avait cheminé, s'était construite Nue sous la jupe. Non, avec un string pour le plaisir de le quitter. Pas de caleçon pour être plus accessible sous le pantalon. Envie de tes doigts sous ma jupe. Envie de ta bouche. Envie de ta main sur ma nuque… Choix du film, et de la salle…

Et enfin le rendez-vous devant le cinéma. Arrivés tous deux quasiment ensemble, et en avance. Attente, magie de cet instant où le désir s'accroit. La salle, la rangée du fond. Frôlements, doigts qui glissent, langues qui caressent. Délicieuse nostalgie et magie du plaisir.

Parce que


Pourquoi ne pas vouloir de moi comme une maîtresse ordinaire ?

Parce que j'aime que tu soies ainsi. Parce que j'aime ce moment où tu baisses les yeux et murmure un oui. Parce que j'aime ta nuque ployée sous ma main. Parce que j'aime cette jupe trop courte que tu portes pour moi. Parce que j'aime que tu soies ainsi à mes pieds offertes. Parce que j'aime que tu me dises ta honte qui te trouble plus encore. Parce que j'aime que tu t'offres, que tu t'ouvres à mes désirs.

J'aime que tu soies ainsi…

dimanche 4 avril 2010

Magie de l'instant

"Pour ce rien cet impondérable. Qiu fait qu'on croit à l'incroyable. Au premier regard échangé." chantait Jean Ferrat. Ces moments imprévus, imprévisibles où dans un regard tout bascule, tout devient possible. Et l'inconnue à peine aperçue quelques instants auparavant devient le Graal.
Cette sensation merveilleuse, ce moment de pur bonheur où l'on sent, où l'on sait le plaisir à venir alors que pas un mot n'a été échangé, mais que les yeux, les sourires se sont tout dit et que les corps se répondent déjà.

vendredi 2 avril 2010

RER B


Gare du Nord. C'est le début de l'après-midi, peu de monde sur le quai. Comment ne pas remarquer cette blonde, grande mince. Le RER arrive, je monte, elle reste sur le quai, dommage… Les portes restent ouvertes, elle lève les yeux vers le panneau, se dirige vers le RER, monte et demande si c'est bien celui qui va à Denfert ?.Mon Oui fuse immédiatement dans un grand sourire.

Chatelet. Ses yeux pétillent quand elle dit ne pas aimer prendre le RER, et son rire fuse lorsque je lui dis adorer lui servir d'accompagnateur. Elle m'avoue être en avance pour son rendez-vous, mais ne pas savoir y aller, comment ne pas lui proposer de la guider jusqu'à son rendez-vous ?

Saint-Michel. Elle fronce les sourcils, et dit être tout à fait capable de se débrouiller toute seule. Je lui dit ma crainte qu'elle ne se fasse dévorer par un loup au coin d'une rue, elle me susurre alors que les loups ne rodent plus à Denfet, mais elle exploser de rire quand je lui rappelle que pire que les loups, un lion rode sur la place…

Luxembourg. Son sourire est lumineux et son regard ne quitte plus le mien….

jeudi 1 avril 2010

Charmer

Indubitablement charmeuse, lui disais-je. Le compliment, le mot, lui plurent. Charmeuse, Charmer sont de jolis mots, et s'ils permettent de jouer du compliment; ils permettent, eux aussi, de jouer sur les sens, sur tous les sens, y compris les sens du mot Charmer. En effet, si Charmer au sens de Séduire, Plaire est évident, son sens classique, même si quelque peu désuet, l'est moins, Soumettre à un charme, à un pouvoir magique. Cette charmeuse serait donc une ensorceleuse, une belle sorcière…
Et voila que s'éveille l'idée, le désir de livrer cette belle sorcière au bourreau, serais-je ainsi revenu à mon texte précédent ?