- Je bois au beau sexe des deux hémisphères.
- Et moi, je bois aux deux hémisphères du beau sexe !
Marquis de Bièvre

lundi 25 avril 2011

Au long des rues.

Comment étant quelque peu parisien ne pas connaître la rue des Mauvais Garçons ? Mais, au fil des ballades ici ou là, l'on peut faire quelques jolies découvertes, et quittant Paris et la rue des Mauvais Garçons, aller rue des Filles à Coulanges-Les-Nevers, ou encore rue des Femmes Fraîches à  Limetz-Villez. La ballade accompagnée pourrait se poursuivre par la rue chaude à Cannes-Ecluse. Et elle pourrait se terminer, après la rue de la Pipe à Étalondes, par la rue de la  Levrette à Gien...

vendredi 15 avril 2011

Nostalgie

Une phrase, au hasard d'une lecture "retenir cette chienne rousse à la peau blanche, aux yeux impudiques et au corps tellement séduisant...."
Une phrase relevée pour le plaisir de mots, pour leur beauté onirique....
Cette chienne rousse, fruit de l'imagination et née au travers des mots, évoque irrésistiblement tant de souvenirs, ou tant de chiennes ou tant de souvenirs de chiennes, chiennes brunes, blondes, châtains, rarement rousses, chiennes à la peau blanche ou mate, chiennes félines chattes ou tigresses...
Quel est donc ce western où un vieil homme dit à une femme, tous deux immigrés de la première génération, "chante-moi une chanson de ton pays à toi qui me donne la nostalgie de mon pays à moi..." ?
Nostalgie, souvenirs...

lundi 11 avril 2011

Tôt le matin, 1ère variation

Cette histoire est vielle de deux décennies, mon entreprise est située rue de Rivoli.
Un jour, je me lève de  bonne heure, quitte mon domicile. C'est le début de l'été, le temps est superbe, je sors du métro. Je vois une inconnue, une superbe silhouette stylée, visiblement plutôt encore en  fin de soirée qu'un début de journée, et légèrement éméchée.
Nous nous croisons. Bien qu'elle éveille un réel désir, je poursuis vers mon but, et je vois un homme derrière elle, un suiveur bien peu discret. Je décide très vite qu'elle mérite mieux. J'effectue un demi-tour, double l'homme, et interpelle l'inconnue. Dépourvu d'idées pertinentes pour ces premiers mots je me contente de lui dire qu'elle est trop bien pour se promener seule et être une proie pour le premier venu.
Une réponse fuse " Et vous, vous n'êtes nullement n'importe qui ?" Je ne peux lui répondre que "Comme vous voyez, non !".
Elle me répond d'un rire immense et joyeux. Ensuite ? Mes collègues ne me virent que pour  le déjeuner.


Tôt le matin

Tôt le matin, deuxième variation
Tôt le matin, troisième variation
Tôt le matin, quatrième variation
Tôt le matin, cinquième variation