- Je bois au beau sexe des deux hémisphères.
- Et moi, je bois aux deux hémisphères du beau sexe !
Marquis de Bièvre

jeudi 18 juillet 2013

In memoriam

Amoureuses et amoureux des mots, vous qui savez, vous qui aimez courtiser un roman, trousser un texte, faire l'amour à un poème, vous qui jubilez en ouvrant un livre, qui jouissez en le dévorant, la nouvelle est triste, d'autant plus triste qu'elle passe quasiment inaperçue. Mathieu Bénézet est mort.
Pour celles, ceux qui ne le connaitraient pas, il n'est que temps de le découvrir.
Et ne serait-ce pas le plus bel hommage à lui rendre que de lire, relire l'un de ces ouvrages...

mercredi 17 juillet 2013

Atypique....

- Tu es atypique.
_ Atypique ? Pourquoi ?
- Quand les beaux jours reviennent les décolletés des parisiennes deviennent plus généreux, plus amples
- Oui, et ?
- Et, toi, tes décolletés sont vertigineux toute l'année, été comme hiver !

mardi 16 juillet 2013

Faire l'amour, ça rajeunit!

Un  journal suisse l'affirme, n'est-ce pas là un gage de sérieux ?  C'est de plus le résultat d'une étude publiée par la très respectable British Pyschological Society dont la conclusion est "Les personnes ayant une activité sexuelle régulière semblent avoir cinq à sept ans de moins que leur âge réel." L'article précise que le minimum est de trois relations sexuelles par semaine.
Cette étude a été menée à l’Hôpital Royal d’Edimbourg, les chercheurs ont suivi 3.500 personnes âgées de 20 à 104 ans pour conclure, qu’après la peau des sportifs, c’est celle des personnes ayant au moins trois rapports sexuels hebdomadaires qui conserve le plus sa fraîcheur.
Mais, et toujours selon Le Matin, les experts sont formels la multiplication des partenaires et l’infidélité ont plutôt tendance à vieillir l’apparence.

Vous imaginez sans peine ma perplexité après une telle lecture, les questions se bousculent dans ma tête.
Tout d'abord, qu'en-est-il de la peau des sportifs qui ont une activité sexuelle régulière ? Si j'en crois cette étude, ils devraient paraitre abominablement jeunes, au risque de se retrouver renvoyés dans les catégories d'âge inférieures.
D'autre part, sans remettre en doute le sérieux de l'étude, je suis impressionné par les personnes de 104 ans ayant des relations sexuelles régulières.
Mais surtout je me demande si cet impact négatif de la multiplication de partenaires et de l'infidélité qui, rappelons le à nos amis suisses, ne sont pas synonymes, ne serait pas une vengeance divine voire la marque du doigt de dieu. Non, je ne vous préciserai pas où se "poserait", voire pire si affinités,  ce doigt !
Enfin, encore une fois, cette étude me semble incomplète, en effet si multiplication des partenaires et l’infidélité sont évoquées, qu'en est-il de la masturbation ? N'oublions pas la remarque lumineuse de Woody Allen "Si je fais si bien l'amour c'est que je me suis longtemps entrainé tout seul."

dimanche 14 juillet 2013

Une soirée....

- Comment s'est passé ta soirée ?
- Pendant tout le repas des coups de queue intempestifs !
- A ce point ?
- Pas lui, le chien ....

vendredi 12 juillet 2013

RER CAB

Pour garder le cap météorologique de mes derniers billets, un petit vent à soufflé sur Paris. J'étais dans le RER. Pour celles et ceux qui n'ont pas la chance de gouter à l'extase de ce transport collectif, je précise que j'étais dans le RER et non dans le métro, ce point a son importance.
Ces deux modes de transports ont quelques différences. La largeur des voies diffère. La tarification du métro est indépendante de la distance parcourue à l'inverse du RER, c'est pour cela que l'on ne trouve de ligne de CAB qu'à l'entrée des stations de métro alors qu'elles existent à l'entrée et la sortie des stations de RER. Le métro est géré par la RATP alors que les lignes de RER sont soit RATP comme la ligne A, soir SNCF comme la ligne C, soit mixte comme la ligne B RATP au sud et SNCF au nord...
Mais l'objectif de ce texte n'est pas de réaliser un exposé sur les transports en commun. Par contre il est sans aucun doute utile de préciser que les CAB ne sont pas des cabs définis par le dictionnaire de l'académie française comme "voiture à cheval légère, à deux roues, que le cocher conduit du haut d'un siège placé derrière les passagers". Oubliez donc vos rêves nostalgiques de belles encrinolinées,  les lignes de CAB ne sont que les lignes de contrôle automatique des billets.
J'étais donc dans le RER, pour être tout à fait précis sur un quai extérieur du RER. Un vent léger soufflait et faisait délicieusement voleter la jupe d'une belle qui marchait devant moi. Proche de la sortie, elle ralentit, se tourna vers moi, me sourit et dans ce sourire me demanda, montrant la ligne de CAB "  Je peux passer avec vous ?"
J'avoue que, l'espace d'un instant, j'avais espéré une autre demande, mais dans une conversation avec une inconnue, c'est souvent la première phrase la plus difficile...

mardi 9 juillet 2013

Chaud, trop chaud ?

Suite à mon billet d'hier, j'ai eu quelques remarques concernant les joies liées à l'apparition de l'été, à la remontée spectaculaire du thermomètre.
Mais sans vouloir jouer les rabat-joies la situation est quand même difficilement tenable au travail. Je ne peux plus passer par l'accueil sans me noyer dans un décolleté vertigineux, au service technique, je me perds dans la contemplation des jambes d'une assistante dont la longueur est inversement proportionnelle à celle de sa jupe et au service comptable, je suis face à un dilemme cornélien : d'un côté une jupe tellement courte qu'elle ne laisse aucun doute sur l'exigüité du string, de l’autre un décolleté tel que l'on ne peut ignorer l'absence de dessous. Comment travailler correctement dans ces conditions alors que le moindre déplacement dure des heures...
Et je n'évoque même pas les difficultés dans les transports en commun, égaré au milieu de tant de perspectives, et craignant d'en rater une nouvelle, je n'ai même pas pu me concentrer sur ma lecture...
Que la vie est dure ! Oui je sais, j'aurais pu écrire cette dernière remarque au masculin...

lundi 8 juillet 2013

Pour la rentrée...

L'été arrive enfin, le soleil apparaît, les jupes sont plus courtes, les décolletés plus amples, les matières plus fluides dansent autour des corps, n'est-ce pas un plaisir masochiste de parler déjà de la rentrée ?
Pourtant sans être climato-maso, pour ceux qui l'ignorerait le climato-masochisme a été qualifié par la krono-psychanalyse et, encore une fois, pour celles et ceux qui ne sauraient pas ce qu'est la krono-psychanalyse, vous pouvez vous référer à mon texte du 14 juin Nemo potest, je n'ai pu résister à l'annonce d'une exposition prévue pour la rentrée.
Cette exposition aura lieu à partir du 13 septembre au musée Jacquemart André et s'intitule "Désirs et volupté à l'époque victorienne." N'est-ce pas là une belle manière d'agrémenter la rentrée à venir, le site internet dédié à cette exposition précise clairement que "Le sujet principal de ce mouvement artistique dénommé Aesthetic Movement, est la femme. Son corps n’est plus entravé comme dans la vie quotidienne, mais nu, il symbolise une forme de volupté et de désir féminin."
Et, si de plus l'on vous précise que ces œuvres appartiennent à l’une des plus importantes collections de peinture victorienne en main privée : la collection Pérez Simón, n'y a-t-il pas matière à rêver sur ce que pourrait faire  cette main privée lors de la visite...

dimanche 7 juillet 2013

Au pieu

Quand elle dit qu'elle veut aller au pieu, elle veut dire qu'elle va se coucher ou se faire empaler?


samedi 6 juillet 2013

Les Gaietés de l'escadron

Ce titre est celui d'un film français de Maurice Tourneur de 1932 avec Raimu, Fernandel, Jean Gabin. Mon billet n'a pas pour objet d'évoquer le 51ème  régiment de chasseurs à cheval, mais d'autres facéties militaires plus récentes.

Selon le New York Times, un sergent américain a filmé depuis 2009 une douzaine de jeunes femmes à West Point. Est-il besoin de préciser qu'il les a filmées nues ?

Dans le même temps, le quotidien Haaretz indique que les autorités militaires israéliennes  préparent un "code de déontologie des réseaux sociaux" à l'attention de ses soldats. En effet de nombreux soldats des deux sexes ont publié sur des réseaux sociaux des photos pour le moins sexy.

Nous voilà bien loin du temps où "j´avais juste vingt ans et je me déniaisais au bordel ambulant d´une armée en campagne"  comme le chantait Jacques Brel, et pourrait-on oser affirmer que lorsque l'on évoque les canons militaires, ce n'est plus la grosse Bertha mais quelques belles...

vendredi 5 juillet 2013

Scythes

Parfois, j'en conviens, je fais de grands détours ou vais chercher bien loin, et j'avoue que cette fois-ci c'est bien le cas. Connaissez-vous les Scythes ? Ce sont, en résumé, un ensemble de peuples nomades, d'origine indo-européenne, ayant vécu entre le VIIe siècle et le IIIe siècle av. J.-C dans les steppes eurasiennes. Vous en conviendrez, le rapport avec les sujets que je traite habituellement, jeux érotiques en tout genre et en tout sens, semble lointain.
Les Scythes sont un peuple de guerriers dont la réputation est bien établie, je vous laisse le soin pour plus de précisions de consulter  Jérémie ou Hérodote.
Mais Hérodote indique aussi le procédé utilisé pour traire les juments " Ils ont des soufflets d'os qui ressemblent à des flûtes, ils les mettent dans les parties naturelles des juments; les esclaves soufflent dans ces os avec la bouche... Ils se servent, à ce qu'ils disent, de ce moyen parce que le souffle fait enfler les veines des juments et  baisser leurs mamelles..."  J'avoue ma perplexité, souffler dans le cul d'une femelle pour obtenir un effet sur ses mamelles, je ne connaissais pas cette pratique.
Mais côté pratique, je n'étais pas au bout de mes surprises. Les Scythes souffrent d'une maladie que décrit Hippocrate " Les hommes ressemblent à des eunuques et les deux sexes ont une tendance à l'indifférence sexuelle qui pour les hommes va jusqu'à l'impotence. Lorsqu'un homme se trouve dans cette condition, il met les habits et les robes de la femme."
Sado-maso et transsexuels, j'en reste sans voix.

jeudi 4 juillet 2013

Quatrième de c....

Pour une fois, je ne vous citerai pas un extrait de ma lecture en cours, mais juste un extrait de la quatrième de couverture de ma dernière emplette " né après huit sœurs... affligé d'un amour obsessionnel du sein maternel et des fesses des jolies filles..."
Et je suis déjà certain d'avoir là la source de quelques jolies citations à venir...

mercredi 3 juillet 2013

Jeux de langue....

Encore une étude fascinante publiée dans le journal Evolutionary Psychology réalisée par des scientifiques de l'université d'Oakland dans le Michigan. Selon cette étude les hommes utiliseraient le cunnilingus, et l'orgasme qu'il provoque, comme une sorte de tactique pour retenir leurs partenaires et ainsi minimiser le risque qu'elles aillent voir ailleurs.
Je dois avouer ma grande perplexité à la lecture de cette nouvelle.
L'on pourrait en effet en déduire que les hommes ne pratiqueraient le cunnilingus que dans un but utilitaire, ce qui serait la preuve d'une bien triste approche des jeux sexuels, s'ils n'apprécient pas la douceur d'un sexe féminin en l'occurrence sous la langue...
L'on pourrait en outre en déduire que c'est la seule façon de conduire leur compagne à  l'orgasme, ce qui n'est pas une approche plus joyeuse de leur sexualité...

Après ces quelques commentaires, la structuration classique d'un billet voudrait que je trouve une chute toute en finesse.
J'ai envisagé bien sur de conclure sur le fait que cette étude contrairement au cunnilingus est réalisée par de mauvaises langues, mais convenons-en cela ferait un peu resucée.
J'aurais pu aussi espérer qu'il n'y ait pas de biais introduit dans l'étude, voire ailleurs, générant ainsi un lapsus linguae, mais là aussi ce lapsus linguae serait un peu con-venu.
Ne trouvant pas de solution, j'ai envisagé de donner ma langue au chat, mais cela n'avait rien d'une conclusion renvoyant au sujet initial, en quelque sorte un tête-à-queue.
À défaut de conclusion, la boucle est ainsi bouclée, du cunnilingus au tête-à-queue, me voila donc arrivé à un 69...


mardi 2 juillet 2013

La Cravache

"Choisir est ce qu'il y a de plus terrible pour les hommes"  une phrase tirée de ma lecture en cours ou plutôt d'une de mes lectures en cours, et pour être tout à fait précis, le titre du roman dont provient cette phrase a pour titre La Cravache.
Ce roman semble bien évidement faire référence au BDSM, et une approche  krono-psychanalytique en conclurait donc que la soumission dans ce contexte permet d'éviter le choix, à l'exception du choix initial de la personne à qui l'on s'offre, et ainsi éviter le plus terrible pour atteindre la jouissance.
Pour celles et ceux qui ne sauraient pas ce qu'est la krono-psychanalyse, vous pouvez vous référer à mon texte du 14 juin Nemo potest 

Mais, pour revenir à une lecture plus lucide, cette phrase est bien issue d'un roman La Cravache, de Virgil Gheorghiu, mais qui n'a aucune connotation BDSM....

lundi 1 juillet 2013

Y croire ou pas.

J'aime faire partager mes découvertes, cette fois-ci un dialogue !
- Tu  baises comme moi en fait
- Et comment ?
- Comme quelqu'un qui n’y croit plus
Pour une fois, il n'est pas extrait d'un roman, de ma lecture du week-end mais d'une série TV  Strike Back. Et au vu des images qui accompagnent ce dialogue, pour une femme et un homme qui n'y croient plus, ils mettent tous deux un sacré cœur à l'ouvrage...