- Je bois au beau sexe des deux hémisphères.
- Et moi, je bois aux deux hémisphères du beau sexe !
Marquis de Bièvre

mercredi 24 septembre 2014

Spectral…

Encore une citation issue d'un livre remarquable. Mais malgré le titre ce billet ne fait référence ni au Manifeste du Parti communiste et à sa première phrase " Un spectre hante l'Europe : le spectre du communisme" ni au remarquable ouvrage de Jacques Derrida les   Spectres de Marx. La référence ici est mexicaine avec Octavio Paz:
 "Depuis le Moyen-Age, la tradition érotique de l'Occident a été celle de la quête, dans le corps, du fantôme, et, dans le fantôme, du corps. Rien de moins charnel que la copulation charnelle: les corps enlacés deviennent un fleuve de sensations qui se dispersent et s'évanouissent. Ce qui seul demeure, le seul réel ce sont les images: le fantôme."
Un superbe érotisme, entre rêves et réalité !

lundi 22 septembre 2014

Une ouverture…

Lire quelque peu, et prendre des notes présente au moins un avantage. Lorsque je suis à court d'inspiration, cela m'arrive parfois,  je parcours, en tous sens bien sûr, mes citations non encore utilisées pour un billet. C'est ainsi que j'ai redécouvert avec un immense plaisir cette phrase "On raconte qu'il ouvre une porte rien qu'en lui caressant le trou de serrure. Il dit que c'est pareil avec les femmes… qu'il faut savoir causer, jamais y aller à la brutale."
Cette idée de caresser le trou de serrure pour ouvrir est tout simplement jouissive.

vendredi 19 septembre 2014

Premier soir…

- Ça te dirait de prendre un verre ?- Pourquoi pas, mais je te préviens tout de suite, je ne couche jamais le premier soir.
- Euh, moi non plus, et c'est mieux ça permet de mieux…
- Oui, moi le premier soir je préfère debout contre le mur !

jeudi 18 septembre 2014

Vu !

Encore une fois, je vais évoquer une étude à laquelle je suis persuadé que vous avez déjà jeté au moins un coup d'œil,. Le Docteur Karen Weatherby vient en effet,  suite une étude qualifiée de très sérieuse, d'établir que mater des seins est excellent pour la santé.
La publication récente de ces résultats ne pouvait mieux tomber, en effet, avec ces journées estivales quoique quelque peu tardives, de superbes décollettes se sont dévoilés.
Au-delà de cette conjoncture météorologique, j'espère que vous saurez veiller, charmantes lectrices, à préserver mon état de santé…


mardi 16 septembre 2014

Enflammement

Publier un billet avec un tel titre après celui consacré à des livres pourrait laisser croire à un autodafé à venir. Mais, en auriez-vous douté, ce n'est pas là ma tasse de thé, et comme le chantaient Font et Val " Si ton tabou c'est la Mecque. Moi, c'est ma bibliothèque." Pour éviter toute interprétation erronée, je vous rappelle toutefois que, en Occident, Torquemada et ses congénères sont largement en tête dans le nombre de buchers.
Donc le sujet du jour, après ces quelques digressions, est encore une fois une citation, à propos d'une femme  "Au Moyen Age, on aurait peut-être soupçonné un tel être de sorcellerie, au dix-huitième siècle, on l'aurait considéré comme une de ces grandes dames qui agissaient selon leur bon plaisir." L'on peut noter ainsi une belle évolution, mais aussi une grande continuité, avec quelque différence toutefois, si au dix-huitième siècle la belle aurait enflammé les hommes, au Moyen Age ce sont des hommes qui l'auraient enflammée…

mardi 9 septembre 2014

10 livres

Je n'apprécie pas les chaines qui se multiplient sur internet, quoique l'idée de certaines belles enchainées me laisse rêveur. Je n'en ai pas moins été cité, non pas à comparaitre, mais à participer par Valérie Rouffy et Monique Ayoun, et à lister les dix livres qui m'ont marqué d'une manière ou d'une autre. Il aurait fort inconvenant de ma part de  ne pas déférer à une telle invitation.

A l'ouest rien de nouveau d'Erich Maria Remarque. Parce que je ne pourrai jamais oublier Stanislas Katczinsky.

Oblomov d'Ivan Gontcharov. Pour le bonheur de se perdre dans l'infini d'une Russie infiniment immobile.

Les Mémoires d'Hadrien de Marguerite Yourcenar. L'été de mes vingt ans, en Corse, depuis lors relu plusieurs fois. "Les dieux n'étant plus, et le Christ n'étant pas encore, il y a eu de Cicéron à Marc Aurèle, un moment unique où l'homme seul a été."

L'Étrange Destin de Wangrin d' Amadou Hampâté Bâ. Une découverte dans la librairie d'un musée qui n'est plus, un éblouissement.

Barrage contre le Pacifique de Marguerite Duras. Ma porte d'entrée pour découvrir Marguerite Duras.

Le seigneur des anneaux de J. R. R. Tolkien. La magie d'une mythologie qui nous a laissé les yeux plein d'images bien avant qu'Hollywood ne s'en empare.

Le Tambour de Günter Grass. Lecture de mes années d'étudiant, avec Gabriel García Márquez, Knut Hamsun, Hermann Hesse, et tant d'autres…

Quatre générations sous le même toit de Lao She. Un livre ouvert par hasard, une plongée dans une petite merveille.

Que ma joie demeure de Jean Giono. Une découverte que je dois à ma professeure de français en classe de troisième, la première fois que nous étudions une œuvre en classe que ne datait pas du XVIIème siècle.

L'espoir d'André Malraux. Un roman à lire et à relire, avec en tête les images du film. No pasarán!.

Mais à être lecteur, je n'en reste pas moins joueur, et je rajouterai donc non pas un onzième livre mais un texte qui est une pure merveille, Trois discours sur la condition des grands de Pascal, à relire ou à lire.

dimanche 7 septembre 2014

En remerciement

Les lectures offrent toujours de belles surprises, et vous savez le plaisir que j'ai à les partager. Je viens d'en découvrir une superbe, un poème, ou pour être tout à fait précis sa traduction, cité dans un livre. Ce poème a été écrit par une femme, pour une femme en remerciement d'n cadeau, un très joli cadeau, un diadème de plumes.
"Je le ceindrai, madame
afin que plus décent
tapis pour vos pieds
Soit ma tête couronnée,
    Pour lui je donne à vos pieds
mille baisers en récompense,
sans qu'on puisse y voir un délit,
car
qui donne et embrasse e pêche pas.""

mercredi 3 septembre 2014

Illumination

La citation de ce jour est tirée d'un livre d'Octavio Paz."Si le machisme est une tyrannie qui obscurcit les relations entre l'homme et la femme, la liberté érotique les illumine."
Je n'ai pu résister au plaisir de vous l'offrir alors qu'un joli soleil brille. Illuminons notre journée !