- Je bois au beau sexe des deux hémisphères.
- Et moi, je bois aux deux hémisphères du beau sexe !
Marquis de Bièvre

dimanche 24 janvier 2016

Cinq heures trente.

- Je ne sais comment lutter contre l’insomnie, je crois que j’ai tout tenté…
- J’ai une vieille amie qui écoute la radio la nuit pour se rendormir.
- J’ai déjà essayé.
- Et la nuit il y a parfois des émissions surprenantes. Mon amie a écouté à cinq heures trente sur France Culture une émission consacrée à la sodomie.
- À cinq heures trente ? Je n’ai jamais essayé à cette heure-là !



Licence Creative Commons
Cinq heures trente. de Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

jeudi 21 janvier 2016

La beauté.

Définir, tenter de définir la beauté est un redoutable exercice sur lequel "Les poètes […] consumeront leurs jours en d’austères études" sans aller jusqu’à des questions métaphysiques liant beauté absolue et existence divine. J’ai cependant, dans une récente lecture, découvert une nouvelle et jolie définition de la beauté, "La structure osseuse et les proportions du corps doivent être en harmonie. Et, avec une peau douce, délicate. Elle doit avoir des yeux brillants et des lèvres douées pour le murmure."
L’auteur de ce texte ne précise nullement quels mots ces lèvres doivent murmurer, serait-ce "ces mots Que l’on dit mots d’amour, Et que nous employons En guise de monnaie" ou quelque douce et délicate obscénité.




Licence Creative Commons
La beauté. de Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

jeudi 14 janvier 2016

Un dialogue attachant.

Selon les données fournies par Médiamétrie, l’audience d’Arte est au mieux de 2 %. Il ne serait donc pas surprenant que peu parmi mes lectrices et lecteurs aient regardé ce soir la série islandaise Meurtre au pied du volcan. Vous ne m’en voudrez donc pas, je l’espère, de vous citer une réplique issue de cette série.
" - C’est un nouveau genre de yoga ?
- Oui tout à fait le bondage SM ne me faisait plus d’effet."
Une yogi parmi mes lectrices ?



Licence Creative Commons
Un dialogue attachant. de Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

dimanche 10 janvier 2016

Un point de vocabulaire

Le choix de la formule pour désigner le fait s’envoyer en l’air est pour le moins un choix difficile. Le risque est grand de sombrer dans la vulgarité inutile ou dans un discours pseudo-poétique fade et insipide. Sur cette question les poètes "consumeront leurs jours en d’austères études." Sans prétendre être poète, je me suis penché sur ce point, notamment avec les billets Jolie trouvaille et Un plaisir…
Je viens de découvrir, au hasard d’une lecture, une formule attribuée dans ce roman à une des servantes de la femme de Putiphar, qui aurait dit à Joseph "Dormi mecum", pour les quelques non-latinistes "partage ma couche." Elle utilise cette jolie expression terriblement imagée "approcher ses pieds des tiens et sa tête de la tienne, pour ta satisfaction.".
N’est-ce pas un rapprochement jouissif ?





Licence Creative Commons
Un point de vocabulaire de Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

lundi 4 janvier 2016

Regarder

Avec un tel titre pour ce billet, comment résisterais-je à l’idée de débuter en vous indiquant que, dans une de mes dernières lectures, j’ai vu une belle phrase. "En de certains lieux, à des certaines heures, regarder la mer est un poison. C’est comme, quelques fois, regarder une femme."
N’y voyez pas quelque condamnation que ce soit du voyeurisme.



Licence Creative Commons
Regarder de Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

samedi 2 janvier 2016

Siège

Le mot choisi comme titre de ce billet est pour le moins polysémique, je vous précise donc que ce mot doit être ici entendu comme l’établissement et les opérations d’une armée devant une place, pour l’attaquer, la prendre, selon la définition que l’Académie française a pu en donner. Pour autant, je n’ai pas vocation aujourd’hui à rédiger ici un traité, plus ou moins bref, de poliorcétique, même si la citation de ce jour peut figurer en exergue d’un tel traité. Je vous laisse en juger "Les forteresses comme les femmes se vantent de leurs assiégeants quand ils sont illustres."



Licence Creative Commons
Siège de Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

vendredi 1 janvier 2016

May the Force be with you

Ai-je besoin de vous dire à quel point les produits dérivés de Star Wars 7 sont omniprésents en ces périodes de fêtes de fin d’année que les marchands du Temple ont pour seul but de transformer en frénésie d’achats de fin d’année. Ces produits sont présents dans tous les domaines, et donc bien sûr dans l’habillement et les sous-vêtements. J’ai ainsi découvert l’existence de caleçon Star Wars 7, outre les superbes images l’élastique de ce caleçon porte une inscription, The Force Awakens.
Faut-il voir là une allusion ? La force plus efficace que le Viagra ?



Licence Creative Commons
May the Force be with you de Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Vœux 2016

Voici donc le moment où, pour me conformer aux usages sociaux en vigueur, il est de bon ton de vous présenter mes vœux de manière subtile, originale, habile, délicate, astucieuse, sagace, exquise, inventive, agréable pour l’année à venir. Vous conviendrez qu’au fil des ans qui passent il devient de plus en plus difficile de ne pas se répéter, de ne pas rabâcher, radoter, ressasser. Certes j’entends déjà des voix s’élever pour rappeler que dans peu d’années des répétitions me seront pardonnées au titre de la démence sénile.
Je vous souhaite donc une très belle année 2016 pleine de joies, de bonheur et de plaisir en tous sens, je vous laisse le soin de décliner ces plaisirs selon vos envies, désirs, fantaisies, fantasmes.
Profitez du temps qui passe, jouissez sans entraves, sauf bien sur si vous aimez les menottes ou jeux de cordes,
"Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain :
Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie."



Licence Creative Commons
Vœux 2016 de Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.