- Je bois au beau sexe des deux hémisphères.
- Et moi, je bois aux deux hémisphères du beau sexe !
Marquis de Bièvre

samedi 30 avril 2016

Oh oui ?

Une soumise trop insistante, qui met trop de pression serrait-elle par là même oppressante ?




Licence Creative Commons
Oh oui ? d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

mercredi 27 avril 2016

Commerciale

Lors de notre formation, me dit cette jeune et accorte commerciale, l’on nous a appris comment gérer des clients un peu trop collants, mais on ne nous a jamais expliqué comment gérer les rapports avec un client dont on a envie…
Que lui répondre ?
Les mots ne sont plus suffisants…



Licence Creative Commons
Commerciale d' Un joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

lundi 25 avril 2016

Un songe…

Vous le savez sans aucun doute, nous célébrons le quatre-centième anniversaire de la mort de William Shakespeare, mort en 1616 à Stratford-upon-Avon, le 3 mai selon le calendrier grégorien, le 26 avril selon le calendrier julien alors en vigueur. Peut-être avez-vous remarqué qu’Arte lui a dédié un temps fort important avec plusieurs documentaires, des films de cinéma et de la musique. Dans ce cadre, ce soir nous pouvons regarder le film, Le songe d’une nuit d’été de Michael Hoffmann. J’espère que vous le regardez, vous aussi, et que vous avez pu ainsi vous aussi apprécier cette superbe déclaration d’Héléna à Démétrius, que je n’oserais commenter. La traduction est celle de François-Victor Hugo :
"Et je ne vous en aime que davantage. — Je suis votre épagneul, Démétrius, — et plus vous me battez, — plus je vous cajole : — traitez-moi comme votre épagneul, repoussez-moi, frappez-moi, — délaissez-moi, perdez-moi ; seulement, accordez-moi — la permission de vous suivre, toute indigne que je suis. — Quelle place plus humble dans votre amour puis-je mendier, — quand je vous demande de me traiter comme votre chien ? — Eh bien, c’est cependant pour moi une place hautement désirable."




Licence Creative Commons
Un songe… d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

dimanche 24 avril 2016

21 cm

Qui ne connaît aujourd’hui la chaîne Canal Plus, célèbre notamment pour ses diffusions d’événements sportifs et vous ne vous étonnerez pas que le cite là le Top 14, j’assume totalement mon chauvinisme rugbystique. Mais Canal Plus est aussi célèbre, au moins pour ceux qui approchent ou ont allègrement franchi le cap de la cinquantaine, pour la première diffusion d’un film classé X. Quelques années plus tard, apparaît le journal du Hard.
Aussi lorsque Canal Plus annonce une nouvelle émission intitulée 21 cm, l’on ne peut que dresser l’oreille voire pire. Mais au risque de vous décevoir, il n’y a que l’oreille qui mérite d’être dressée, en effet cette émission est la nouvelle émission littéraire de Canal Plus.



Licence Creative Commons
21 cm d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

samedi 23 avril 2016

Détournée…

J'aime les mots, les livres et en extraire des citations pour le détourner plus ou moins selon les cas et en tirer quelque billets pour la foule de mes lecteurs et lectrices.  Quel ne fut donc mon bonheur de découvrir une citation qui était elle-même un détournement. "On allait pieuter avec les filles, les comblait, elles s'en donnaient à cul joie"
Ce détournement est un vrai plaisir, détournement de mots de cœur à cul, voire détournement de vit de con à cul.




Licence Creative Commons
Détournée… d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

jeudi 21 avril 2016

Par soumission ?

Je ne me lasserai donc jamais d’extraire des textes de romans, de romans de grands auteurs pour en détourner quelque peu le sens, et encore une fois je vous livre des mots très beaux concernant la soumission. Je vous précise que le roman dont ils sont issus n’évoque nullement une relation BDSM. J’ai effectué une légère modification, "le M." n’est pas le terme employé dans le roman. Mais à ne pas le modifier j’aurais pu vous donner un indice trop limpide.
"C’était ce qu’elle voulait, que le M. commandât, disposât d’elle et de ses actes." La phrase est belle mais la manière dont cette Elle va exprimer au M. est une pure merveille " Je ferai tout ce que vous m’ordonnerez, non plus par soumission, par égoïsme, puisqu’il est clair que je ne sais pas me diriger ; je préfère que vous me donniez des ordres…"



Licence Creative Commons
Par soumission ? d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

mercredi 20 avril 2016

Moelleux ?

Dans un restaurant ;
- C’est qui le moelleux ?
- Moi, vous n’aviez pas remarqué ?
Le sourire de la serveuse fut sans équivoque…



Licence Creative Commons
Moelleux ? d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

lundi 18 avril 2016

Mots d’hier…

Trouver des citations à vous offrir est pour moi à la fois une passion et un plaisir. Je dois vous avouer cependant que parfois j’hésite à détourner une phrase, que je n’ose l’extraire pour en jouer, voire en jouir. Mais finalement, je finis toujours par céder et je vous offre donc encore une fois une jolie citation à propos d’elle "qui se donne à tous et que personne n’a pénétrée jusqu’à fond." J’imagine déjà vos réactions à ces mots, réactions d’autant plus jouissives à imaginer qu’elles sont bien loin du sens du texte initial.
Ces mots sont en issus d’un ouvrage merveilleux d’où mon hésitation à extraire des mots, d’un ouvrage de Stefan Sweig, Le monde d'hier. La phrase complète, concernant Paris d’avant la Première Guerre mondiale est la suivante "Nulle part, avec des sens éveillés, on n’éprouvait que sa jeunesse était accordée à l’atmosphère comme dans cette ville qui se donne à tous et que personne n’a pénétrée jusqu’à fond."
Et j’espère que, vous aussi, vous trouvez cette phrase encore plus belle que l’extrait que je vous avais offert.




Licence Creative Commons
Mots d’hier… d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

samedi 16 avril 2016

After…

Si je commence ce billet en vous parlant d’une soirée, vous pourriez imaginer, à tort, que je m’apprête à vous raconter là quelque after, plus ou moins privé, plus ou moins peuplé de plaisirs érotiques. Cette soirée fut fort agréable, elle fut aussi l’occasion de faire connaissance d’une fort charmante dame avec laquelle j’eus quelques délicieux échanges. Je ne vous dirai pas comment s’est finie ma soirée, mais je ne peux vous taire qu’un passage d’un livre merveilleux m’est revenu en tête. "Aux époques héroïques, du temps où les dieux et les déesses aimaient, le désir suivait le regard, et la jouissance le désir."


Licence Creative Commons
After... d' Un joueur parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

mardi 5 avril 2016

Celle de mon mec…

Celles de mon mec est mieux, elle est longue et très épaisse, vient de déclarer fort doctement ma voisine de table au restaurant à sa commensale.
Dois-je préciser qu'elle évoquait là, la barbe de son compagnon ?


Licence Creative Commons
Celle de mon mec… d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

lundi 4 avril 2016

Essai sur le don

Avec un tel titre il n’est pas difficile de deviner quel ouvrage je vais évoquer ici. Je ne vous dirai cependant pas qui m’a incité, lors d’un échange qui eut lieu curieusement place de la Sorbonne, à relire l’essai sur le don de Marcel Mauss. Bien que cet essai soit passionnant et que je ne puisse que vous conseiller de le lire ou relire, je ne m’aventurerais pas ici à réaliser une analyse de cette étude. Je me contenterai donc encore une fois d’en extraire un court passage et hors contexte de le lire avec un éclairage différent car si Don Juan, selon Molière déclarait " Pour moi, la beauté me ravit partout où je la trouve", sans vergogne je détournerais volontiers cette phrase en déclarant, pour moi, l’érotisme me ravit partout où je le trouve.
J’ai donc trouvé, sous la plume de Marcel Mauss, cette petite merveille " L’obligation de donner est non moins importante ; son étude pourrait faire comprendre comment les hommes sont devenus échangistes." N’y aurait-il là matière à une nouvelle étude sur le don et le contre-don ?






Licence Creative Commons
Essai sur le don d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.