- Je bois au beau sexe des deux hémisphères.
- Et moi, je bois aux deux hémisphères du beau sexe !
Marquis de Bièvre

vendredi 23 septembre 2016

Méli-mélo, vendredi 23 septembre

Plein de bonnes résolutions et décidé à ne pas être en retard, dès potron-minet je me suis assis devant mon clavier pour rédiger ce méli-mélo. Et pourtant la nuit fut un peu courte. Hier soir j’étais à une soirée d’anniversaire en compagnie d’un délicieux syrah et d’une charmante dame, à moins que ce ne soit en compagnie d’un charmant syrah et d’une délicieuse dame. Mais cela ne m’a pas empêché de me lever ce matin pour aller courir avec allégresse et d’un pas léger, ou presque, quelque douze kilomètres.
Avant cela la semaine fut, comme toujours, remplie de lectures dont j’ai retenu quelques phrases qui feront peut-être l’objet de billet. Dans l’un des romans dont la lecture est en cours, au sujet d’une femme dont l’homme est parti ; l’auteur a une magnifique réflexion "Du coup, constatant les vices inhérents de son caractère, il s’était enfui avec une femme. Et pas n’importe laquelle. Celle vers qui Jaime se serait elle aussi précipitée si elle avait été lesbienne." L’amour n’est-ce pas regarder ensemble dans la même direction ?



Licence Creative Commons
Méli-mélo, vendredi 23 septembre d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire