- Je bois au beau sexe des deux hémisphères.
- Et moi, je bois aux deux hémisphères du beau sexe !
Marquis de Bièvre

dimanche 25 décembre 2016

Méli-Mélo, dimanche 25 décembre 2016

Encore une fois un méli-mélo tardif mais je ne doute pas que vous me le pardonniez, n’est-ce pas cela l’esprit de Noël ?
Je n’évoquerai pas pour autant dans ce billet les agapes, les cadeaux et autres festivités. Par contre je dois vous avouer que la veille de Noël j’ai croisé en courant deux charmantes joggeuses courant en portant un bonnet de Père Noël. Elles étaient délicieuses et j’aurais bien attaché ces deux reines-là au traîneau du Père Fouettard.
J’espère que vous avez toutes, tous passé un joyeux Noël et que votre fin d’année sera belle et somptueuse. Pour vous faire sourire dans ces derniers jours, avez-vous eu le plaisir de voir la dernière publicité de Mon Chéri ? Les images en sont fort jolies, la demoiselle charmante et le slogan final une pure merveille " Mon chéri pour le comprendre il faut le goûter." En quel sens faut-il donc prendre cette belle invitation ?



Licence Creative Commons
Méli-Mélo, dimanche 25 décembre 2016 d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

mercredi 21 décembre 2016

Méli-Mélo, mercredi 21 décembre 2016

Ce n’est plus un retard à ce niveau-là, deux mélis-mélos oubliés, quinze jours sans publier, j’en serais presque mort de honte. Ne l’oublions pas, et certain-es d’entre vous en sont déjà persuadé-es, la honte est parfois un sentiment délicieux. Je n’en ai pas moins j’ai gardé mon abominable manie de digresser sans fin quel que soit le sujet abordé.
Mon silence n’est dû qu’à quelques préoccupations personnelles et non, soyez en assuré-es à un désintérêt pour l’écriture et pour mes nombreux et nombreuses lecteurs et lectrices. Je ne vous raconterai pas pour autant ce que j’ai pu faire pendant ces nombreuses journées, j’espère que vous apprécierez par contre que je revienne pour le solstice d’hiver, ce moment si joli où les nuits sont noires et sans fin. Période délicieuse certes mais nettement moins jouissive le matin au moment d’aller courir dans le froid et la nuit.
Pour finir sur une note plus classique, je vous offre pour finir une remarque entendue récemment. " C’est le nom du chien que j’avais à l’époque, en province. Ma vie était partagée entre Paris et province, j’avais mon amie là-bas. C’était une chienne, une femelle." Je dois avoir eu un moment d’hésitation…



Licence Creative Commons
Méli-Mélo, mercredi 21 décembre 2016 d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

mardi 6 décembre 2016

Accueil…

J’ai dû me rendre récemment dans la boutique d’un célèbre fournisseur d’accès à internet, dois-je vous préciser que je ne vous dirai ni dans quelle boutique ni de quel fournisseur il sera question ici ? Je fus donc accueilli par une charmante dame qui me demanda de patienter le temps qu’un conseiller soit disponible. Délicieusement charmante, elle s’excusa de ne pouvoir me prendre étant chargée de l’accueil. Je dois vous avouer qu’être pris par elle à l’accueil aurait été une bien agréable manière de surfer.



Licence Creative Commons
Accueil… d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

vendredi 2 décembre 2016

Méli-Mélo, vendredi 2 décembre 2016

Que dire de cette semaine écoulée, il fait froid parait-il, mais cela, vous l’avez déjà remarqué peut-être, ne serait-ce qu’aux tenues féminines moins découvertes, enfin à l’extérieur. À l’intérieur dans la douce chaleur si agréable après le froid hivernal ; tout devient différent, je ne commenterai pas pour autant ici les propos d’une "vieille amie" qui estimait que certaines pratiques sexuelles et les tenues qui leur sont habituellement associées, ami-es fétichistes bonjour, sont des sports d’hiver, l’été elle préférait baisser avec allégresse certes, mais nue.
Je n’évoquerai cependant pas moins la douce chaleur de ce restaurant où j’ai relevé pour vous des bribes de conversation.
Ce fut en premier la remarque d’un homme déclarant à sa compagne de table, je t’invite, je le passerai en note de frais. Je ne suis pas certain qu’une telle déclaration soit de nature à stimuler la belle, sauf à penser que ses perversions sont étranges.
La deuxième bribe fut plus jolie, alors que la dame se plaignait que cela faisait foutrement mal, sans que j’aie pu entendre ce qu’était le "cela", le monsieur lui répondit le plus naturellement du monde "et vice-versa, le mâle ment pour foutre."




Licence Creative Commons
Méli-Mélo, vendredi 2 décembre 2016 d' Un joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.