- Je bois au beau sexe des deux hémisphères.
- Et moi, je bois aux deux hémisphères du beau sexe !
Marquis de Bièvre

lundi 26 mars 2018

Écriture contrainte quatre-vingt-cinquième jour

Contraintes: Primevères lutin jonquilles terre lapinou humide radis rosée

Voici donc le printemps, l'on voit les primevères
Alors nous vient l'envie, de partir boire un verre
Avec quelque belle, puis tel un gai lutin
Vouloir la courtiser, jouant de mots mutins.
Et pour la séduire, lui offrir des jonquilles.
Espérer ensuite, danser la séguedille
Pouvoir l'accompagner, sur l'espace de terre,
Là-bas, près des remparts, sans mon désir lui taire.
Au Printemps s'il est doux d'évoquer lapinou
Mais je voudrais surtout caresser son minou,
Sous mes doigts le sentir, chaud, devenu humide,
Le déguster alors. Sans être plus timide.
Dans son con fermement, fourrer mon gros radis
Pour à grands coups de rein, aller au paradis,
Son sexe de plaisir, ruisselant de rosée,
Puis tous deux reposer, nos corps juxtaposés.


  Licence Creative Commons

Écriture contrainte quatre-vingt-cinquième jour d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire