- Je bois au beau sexe des deux hémisphères.
- Et moi, je bois aux deux hémisphères du beau sexe !
Marquis de Bièvre

lundi 7 mai 2018

Écriture contrainte cent vingt-septième jour

Contrainte: asymptote oliphant catadioptre, trajectoire, parangon, oriflamme, coulrophobe, prospectus, autruche

Nous avons tous notre asymptote, notre Graal, notre quête d'absolu. Et pour chacun d’entre-nous elle est différente, certaines sont même carrément étranges, il y eut, nous dit Brassens, pourtant, dans l'vieux Paris, un honnête homme sans malice brûlant d'contempler le nombril d'la femm' d'un agent de police, d'autres rêvent de sonner de l'olifant tel Roland à Roncevaux. Il faut à ce propos noter que si le susnommé Roland au lieu de s'époumoner à se rompre les veines du col à sonner en vain sans avoir la veine d'être entendu avait équipé ledit olifant d'un catadioptre permettant des signaux de lumière en déviant la trajectoire des rayons du soleil. L'explication est je l'espère suffisamment claire, je ne suis nullement un parangon d'optique. Ainsi Rolland aurait pu espérer voir l'oriflamme des troupes volant à son secours et ainsi s'ébaudir à cette vue, et cela même s'il avait été coulrophobe, ce qui eut été un étrange anachronisme les clowns n'ayant pas encore fait leur apparition et de plus il aurait été peu probable que l'un quelconque membre de l'armée de secours soit déguisé.
Pour en revenir au sujet initial, vous ne trouverez jamais l'objet de votre quête dans un quelconque prospectus, même si votre but est tout simplement de vous offrir à quatre pattes avec des plumes d'autruche plantées dans le cul !

Licence Creative Commons

Écriture contrainte cent vingt-septième jour d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire