- Je bois au beau sexe des deux hémisphères.
- Et moi, je bois aux deux hémisphères du beau sexe !
Marquis de Bièvre

vendredi 7 octobre 2016

Méli-Mélo, vendredi 7 octobre 2016

Un méli-mélo donc quasiment livre à l’heure… et pourtant j’avais cette fois-ci des raisons valables d’être en retard, légèrement en retard, très en retard, selon mon degré de mauvaise foi. Après une semaine assez paisible, malgré une toux persistante, jeudi soir fut une très belle soirée japonisante. Mais hélas je dus le lendemain oublier mes quelques kilomètres de course à pied quotidien, pour filer à un séminaire de réflexion. Ce billet est donc rédigé, et posté au milieu de nulle part, ou presque.
Heureusement mes co-séminaristes, si tant est que ce mot existe, ont un humour tout aussi déroutant qu’involontaire. L’une, lorsque nous eûmes récupéré nos clés de chambre, est redescendue en indiquant que le lit était abominablement large, qu’il y aurait de la place pour trois, et qu’elle se demandait à quoi cela pouvait servir. Il n’est pas utile de vous préciser que cela déclencha quelques sourires narquois. Sourire qui reprirent de plus belle, lorsqu’en réunion l’une déclara doctement, à propos d’élaboration de projets, qu’il fallait dépasser l’exercice solitaire.
À l’heure où je devrais me coucher, je m’interroge encore sur le sens de la phrase de la dame…



Licence Creative Commons
Méli-Mélo, vendredi 7 octobre 2016 d' Un joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire