- Je bois au beau sexe des deux hémisphères.
- Et moi, je bois aux deux hémisphères du beau sexe !
Marquis de Bièvre

lundi 19 février 2018

Écriture contrainte cinquantième jour

Contrainte: lipogramm(e) ou : tradition, abrupt, travail, imagination, condition, disparition, mot, pouvoir, support. 

Approuvant la proposition sans vacillation, il attaqua sa rédaction tout aussitôt puis il façonna son propos la nuit durant. Il savait qu'un abrupt ultimatum s'offrait à lui, finir au clair matin. Il poursuivit donc son travail sans dormir un court instant mais dans la tradition buvant tour à tour vodka, whisky, gin, rhum ; bourbon, il fuma aussi. Mais il n'oublia pas pour autant la collation, il ingurgita donc pain, avocat, poivron cuit ; saucisson, jambon, boudin, il goûta aux tripoux, but du vin, puis pris du gouda hollandais. Il savoura aussi un armagnac.
Il maintint sa disposition à agir maniant tour à tour noms, points, mots, ponctuation. Parfois, sans inspiration il douta, mais l'abandon fut toujours un choix insatisfaisant. Il força, il transpira, parfois rata, mais il poursuivit filant droit Aussi, sans transition, pour finir il mobilisa son imagination sans limitation, mais sous condition. Il parvint donc, non sans mal ni complication, à la disparition sans compromis non pas d'un mot banal mais du tronçon minimal du mot, non pas d'un tronçon choisi au hasard mais d'un tronçon choisi mais non par lui, du tronçon choisi par Popins. Riant du joug mis ainsi sur sa production, Il aboutit à la disparition du tronçon du rang huit moins trois.
Il avait aussi ainsi omis tout propos grivois. Pouvait-il finir sans allusion, sans au moins un mot lascif ? Faudrait-il aussi la disparition du plaisir ? Pouvait-il aboutir ici à l'introduction du plaisir, plaisir contraint par la disparition du tronçon minimal du mot ? Pouvait-il fournir un manuscrit faisant raidir l'attribut viril ou laissant voir l'abricot qui sourd ? Allait-il pouvoir offrir ainsi un troublant mais court roman ?
La solution lui vint, il conclut introduisant dans sa nuit son ami non masculin, ainsi s'il ingurgita, bu, fuma, il baisa aussi, parcourant son Kamasoutra. Si d'aucun voulait avoir plus d'indication il faudra, vu la limitation aujourd'hui, choisir un jour suivant pour avoir la solution. Ainsi il jouit, aussi fit jouir, puis ayant bu du calvados, il finit non sans satisfaction qui fut tout aussitôt transmis.
Il a donc ainsi clos sa mission par la production, non sans circonvolution, d'un manuscrit qui sortira sur l'optimal mais non subliminal support autorisant la publication aux Oulimots.
Il piqua alors un roupillon.
 
Licence Creative Commons

Écriture contrainte cinquantième jour d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

dimanche 18 février 2018

Écriture contrainte quarantième neuvième jour

Contrainte: mexicaine, bottes, dragon, sourire, bordel, ébullition, nocturne, guerre, sexe.

Nous échangeâmes tous deux longuement, évoquant nos envies, nos folies, nos désirs mais aussi nos expériences, nos histoires. Je lui parlai d'une merveilleuse amie, une vraie fille de la révolution mexicaine dont à n'en pas douter les deux grands-mères étaient des proches de Lazaro Cardenas.
Elle est terriblement séduisante, souvent vêtue de superbes bottes et à la voir ainsi on croirait qu'elle va chevaucher tel Pancho Villa un étalon. Mais contrairement à lui, elle ne se contente pas de si peu et enfourche sans hésitation un dragon.
Elle a un sourire angélique à faire se damner la Vierge de Guadalupe et Sor Juana Inés de la Cruz, alors qu'elle exhibe ses longues jambes et ferait se damner un saint.
Elle a air diabolique à croire qu'elle arrive tout droit d'un bordel alors qu'elle vient de publier un pamphlet révolutionnaire dont l'éloquence ferait d'envie El subcommandante Marcos.
Elle est tellement jolie, elle est tellement tout ça, comme chantait Jacques Brel, que sa simple présence met en ébullition tous les carburateurs !
Je pense sans cesse à elle, je rêve d'elle et ce rêve est si beau que j'en ai une somptueuse érection, pas uniquement nocturne.
Mais son cortex est tout aussi troublant que son cul, son engagement aussi séduisant que sa fougue. L'on pourrait la rêver voluptueuse sur un divan de cuir ou farouche combattante menant la guerre au côté d'Emiliano Zapata.
Tout en elle me charme son esprit, son corps et je frémis de désir mon sexe tendu vers elle.

Licence Creative Commons

Écriture contrainte quarantième neuvième jour d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

samedi 17 février 2018

Écriture contrainte quarantième huitième jour

Contrainte : boxer, coq, étalon, grue, loup, araignée, pigeon, poule, gorille. (pas utilisés dans le sens de l'animal)

Après ces jeux érotiques que je ne détaillerai donc pas, pour l'instant au moins. Nous sortîmes marcher un peu et respirer au grand air sur la plage. Nous étions peu nombreux, nous ne croisâmes qu'un vieil homme promenant son chien, une espèce de dogue à poil ras et lisse. Elle me sourit, me dit qu'elle adorait avoir le cul nu mais qu'elle se demandait si je préférerais en culotte, string, tanga ou boxer.
En l'entendant me poser une telle question, je me sentais comme un gallinacé mâle dans sa basse-cour. Imaginant déjà vos airs narquois, je vous précise toutefois que je n'en ai en rien l'allure, mon gabarit relevant de la catégorie des lourds légers et non des poids coqs.
Je fus bien incapable de lui dire toutefois quelle serait ma préférence, elle sourit et me confia qu'elle faisait de l'équitation et aimait monter à cru un cheval entier. Je ne puis que lui dire qu'elle éveillait sans cesse de nouveaux désirs en moi, serait-elle devenue la mesure de mes envies et de mes désirs l'étalon ?
Nous continuâmes à marcher sur la plage, volaient au loin de grands oiseaux qui semblaient être de la famille des échassiers. Qui aurait pu se douter en nous voyant ainsi déambuler que cette ballade n'était pas une ballade romantique mais une pause entre nos jeux et délires érotiques, alors qu’au loin se détachait sur le ciel la silhouette, près d'un chantier, d'une grue.
La lune était pleine, une nuit lui dis-je, à se changer en canidé sauvage et à courir nu sur la plage. Elle me sourit, "nous pourrions aussi jouer quasi-nus, sur la plage, revêtus simplement du velours d'un loup."
Entre les plantes des dunes, l'on apercevait brillantes sous la lumière de la lune des toiles tissées par des arachnides, plus loin l'on voyait sécher quelques filets de pêche dont un filet rectangulaire semblant de loin à celui que l'on appelle araignée.
Nous ne vîmes cependant aucune colombe ou autre oiseau de la famille des colombidés, cela aurait été abominablement trop romantique, et aurait paru suspect. Je ne voudrais paraître naïf à ce point et passer pour un pigeon.
Nous nous éloignâmes de la plage, longeâmes une vieille maison avec un jardin et un poulailler rempli de volatiles. "Nous jouerons encore, et pour cela si nous en avons envie nous trouverons pour jouer avec nous quelque beau mâle ou quelque jolie poule."
Quand elle me déclarait cela avec son sourire angélique, j'avais envie de crier mon bonheur en tambourinant sur mon torse tel un grand singe anthropoïde des forêts humides d'Afrique équatoriale. Je connais quelques autres clubs privés, me dit-elle, terriblement discret et qui ne se font pas remarque par des mesures de sécurité visibles telles la présence devant leur porte d'un gorille.

Licence Creative Commons

Écriture contrainte quarantième huitième jour d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

vendredi 16 février 2018

Écriture contrainte quarantième septième jour

Contrainte: abîme, écume, soie, silence, abroger, parfum, labyrinthe, tatouage, bleu.

Après avoir été remis sur le droit, mais quelque peu tortueux, chemin de l'écriture et dégusté mon jus de fruit, me voici au pied du mur, là où l'on reconnaît le maçon, même si en l'occurrence je suis plutôt au pied du clavier. Je suis subitement plongé dans un abîme de perplexité, comment reprendre le fil du récit ?
Dois-je raconter en détail ce que fit ma compagne avec ces deux belles ou dois-je effleurer le sujet et me contenter de glisser sur l'écume de mots ?
Puis-je me contenter de vous dire qu'elles furent très vite toutes les trois terriblement troublées, ou préciser qu'elles mouillèrent très vite comme des salopes à en ravager la soie de leurs dessous si elles en avaient portés. ?
Leurs jeux nombreux, variés, imaginatifs doivent-ils être passés sous silence ou exposé avec moult détails ?
D'un trait de plume, ou d'une touche de clavier faut-il abroger la description détaillée de leurs ébats ou vous la livrer in extenso ?
Est-il pertinent de vous dire le parfum suave de la transgression ou vous raconter crûment leurs enculades ?
Vais-je vous perdre dans le labyrinthe de leurs imaginations débridées ou effleurer le sujet ?
Quelle option prendre, vous décrire la beauté des zébrures soulignant le tatouage sur une croupe, ou évoquer la présence d'une cravache en vous laissant imaginer ?
Devant toutes ces questions qui me taraudent, je suis comme un débutant, comme un bleu et me tourne vers toi, "Hypocrite lecteur, — mon semblable, — mon frère."

Licence Creative Commons

Écriture contrainte quarantième septième jour d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

jeudi 15 février 2018

Écriture contrainte quarantième sixième jour

Contrainte: hygiaphone, manivelle, car (le moyen de transport), groseille, rond, passe-crassane, moumoute, délirant(e), kangourou.

Encore une fois, de contrainte en contrainte et de jeux sur les mots en jeux sur les mots, le fil de l'histoire s'est quelque peu perdu et moi-même ne sais plus trop où j'en suis ni à quel sein me vouer. Réduit à cette triste extrémité, et je précise que ce n'est pas cette extrémité-là qui est visée ici, je n'ai eu d'autre choix que m'enquérir auprès du service compétent de ma situation. Je me suis donc retrouvé parlant devant un hygiaphone pour résumer mon histoire depuis la ballade en bord de mer jusqu'à la soirée. La réponse fut immédiate et précise, il est normal que le moteur narratif ancien, puisque appartenant à un vieux cochon libidineux, ait des ratés. La seule solution est de le redémarrer à la manivelle car il est ancien. L'autre solution serait de se contenter d'utiliser un moyen collectif de transport littéraire, un littéro-car. J'ai décliné cette option voulant préserver jalousement mon indépendance.
Ainsi rassuré, j'ai décidé toutefois de faire une pause en buvant un jus de fraise, pour affirmer justement mon indépendance, hélas, le jus de fraise était aussi épuisé que moi et j'ai dû me contenter d'un jus de groseille. Mon regard s'est alors attardé sur le cul délicieusement rond de la serveuse, dont les rondeurs semblaient aussi savoureuses que celles d'une passe-crassane.
J'aurais aimé lui caresser la moumoute qui est comme chacun le sait une chatte. Et, cela n'aurait pas été délirant, je l'aurais allègrement sautée tel un kangourou.
 
Licence Creative Commons

Écriture contrainte quarantième sixième jour d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

Post Saint Valentin

Bonne nouvelle la Saint Valentin étant passée, vous pouvez reprendre une vie normale pendant trois cent soixante-quatre jours. Mais ne vous méprenez-pas, reprendre une vie normale signifie simplement ne plus être enjoint de commettre le péché d'achat pour prouver son amour. Vous pouvez donc commettre avec allègre le péché de chair par amour, par envie, par tous les moyens que vous aimez et avec qui vous voulez. Pour les éventuels crétins décervelés qui pourraient, par erreur, lire ce billet, je préciser que cela n'est vrai qu'entre adultes consentants. Cette précision étant apportée, embrassez, claquez, lapez, caressez, fouillez, enculez, pourléchez, baisez, pincez, fessez, défoncez, limez, griffez, sucez, mordez, léchez, sodomisez et n'oubliez pas d'inverser les rôles et de vous faire fesser, sodomiser, caresser, mordre, pincer, claquer, lécher, pourlécher, sucer, défoncer, griffer, limer, fouiller, baiser, enculer, laper, embrasser, et plus encore.
Jouissez !

Licence Creative Commons

Post Saint Valentin d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

mercredi 14 février 2018

Boostez votre libido…

Ne sortez pas vos carnets pour prendre des notes, l'objet de ce billet n'est pas de vous donner des conseils que ce soit pour booster votre libido ou sur un autre sujet. Ce titre est tout simplement le titre d'un mail reçu aujourd'hui, jour de la Saint Valentin, en fait le titre exact est " Boostez votre libido avec des légumes." Vous ne serez nullement étonné, au moins pour celles et ceux qui me lisent plus ou moins régulièrement, de savoir que mon imagination s'est quelque peu emballée à la lecture de ce titre. J'ai vu aussitôt l'effet que pouvaient avoir certains légumes tels que concombre, courgette, carottes, radis noir, le choix variant en fonction des diamètres ou longueurs désirés. Mais l'on peut aussi explorer d'autres possibilités en trouvant des légumes qui au contraire des précédents permettraient non de pénétrer mais d'être pénétrés, "qu'en termes galants ces choses-là sont mises".
Mais je fus finalement fort déçu, l'article visait en fait l'utilisation de jus de légumes frais qui certes sont sains et donnent un coup de boost à l’organisme. Mais il semblerait donc que leurs vertus ne s’arrêtent pas là, certains mélanges légumes-épices se voient dotés de superpouvoirs aphrodisiaques.
Le cas échéant, je peux vous fournir les coordonnées de cet article si vous en avez besoin.

Licence Creative Commons

Boostez votre libido… d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International