- Je bois au beau sexe des deux hémisphères.
- Et moi, je bois aux deux hémisphères du beau sexe !
Marquis de Bièvre

samedi 19 août 2017

Séduction, attirance…

Que n’avons-nous lu, entendu, dit écrit au sujet de la séduction, de l’attirance ? Sans aucun doute principalement des inepties, des platitudes, des banalités, et je n’ai pas la prétention ici d’écrire de grandes choses. Je veux juste vous faire part de réflexions qui me sont venues suite à deux lectures successives, un recueil de nouvelles et un roman dans lesquels est évoquée l’attirance.
La première citation issue d’une nouvelle est un extrait de dialogue entre femmes :
"- Moi, ce qui m’importe, c’est la poitrine, dit une autre. Les hommes s’intéressent plus à la poitrine ; tu sais bien ce qu’ils regardent, non ?
- Si on ne me regarde pas dans les yeux, je ne ressens rien, dit une autre qui portait un somptueux collier de perles.
- Il ne s’agit pas de ce que vous ressentez vous, mais de ce qu’ils ressentent eux."
Rien que de très classique, et qui oserait affirmer le contraire ? C’est justement ce que fait un auteur de roman policier dont un de ses personnages indique son amour pour sa compagne :
"Un coup de foudre tout bête. Pour son nez ! […] Il ne l’avait jamais avoué à personne. Même pas à Geneviève. Surtout pas à elle ! Il l’avait vu tout d’abord de face, légèrement épaté, de cette couleur incroyablement douce, marron et transparente ; puis elle avait tourné la tête pour répondre à une question. Il avait suivi le déplacement de son profil plat, dans la ligne du front, qui se terminait par une pointe émoussée. Un nez qui peuplait son visage d’exotisme, des réminiscences d’Afrique et de Caraïbes.
C’est grâce à cette fascination toute particulière qu’il avait trouvé le courage de l’aborder.. S’il s’était attardé, comme d’habitude, sur le dessin du corps, les formes pleines qui tendaient le jean, les abîmes d’ombre du corsage, nul doute qu’il aurait renoncé la jugeant hors de sa portée. "
La séduction par le nez, il faut avouer que cela ne manque pas d’originalité, depuis Cléopâtre, je n’avais rien lu de pareil…


Licence Creative Commons
Séduction, attirance… d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

vendredi 18 août 2017

Merci Madame,

Commencer par ces mots un billet traitant du sadomasochisme pourrait, à juste titre, sembler caricatural, et plus encore quand ce remerciement s’adresse à une maîtresse sadomasochiste, puisque c’est ainsi qu’elle a été présentée. Pour être plus précis, elle a été présentée comme écrivaine, maîtresse sadomasochiste. Vous l’aurez peut-être compris, ce remerciement s’adresse à Madame Catherine Robbe-Grillet. Dans l’émission de Karine Le Marchand consacrée au sadomasochisme, loin de tous propos, clichés caricaturaux, faciles, racoleurs, Madame Catherine Robbe-Grillet dans une tenue qui ressemble plus à celle d’une maîtresse d’école en retraite qu’à celle d’une maîtresse sadomasochiste, trouve des mots justes, fins, subtils teintés d’humour pour évoquer son parcours, ses pratiques.
Et, à l’écouter des souvenirs me sont revenus en mémoire. Des souvenirs anciens d’une émission d’Apostrophes dans laquelle elle était intervenue. Elle portait ce jour-là une voilette et nous n’avons pas eu le bonheur de voir son regard pétillant de malice, d’intelligence que j’ai découvert dans l’émission de Karine Le Marchand.
Pour tout cela, et pour vos livres, merci Madame.



Licence Creative Commons
Merci Madame, d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

jeudi 17 août 2017

En ville ou à la campagne ?

Les Inrocks viennent de nous offrir encore une fois un article qui ne passe pas inaperçu, "Baise en ville : les meilleurs plans." Je vous laisse le soin de découvrir voire déguster ce texte et même éventuellement y pécher des idées. J’apprécierais cependant que, à l’occasion, un article similaire soit fait sur le thème "Baise à la campagne : les meilleurs plans." Cela me remémore quelques superbes souvenirs de jeunesse que je devrais, peut-être évoquer ici, un jour…



Licence Creative Commons
En ville ou à la campagne ? d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

dimanche 13 août 2017

Festival, fin

Les congés estivaux sont terminés et je suis de retour en région parisienne. Je n’ai donc plus aucune excuse pour ne pas recommencer à publier régulièrement, ou presque, de nouveaux billets. Peut-être devrais-je dire commencer, ce serait plus réaliste, la régularité de mes publications n’est certes pas ma qualité principale.
Vous ne m’en voudrez pas j’espère pour ce billet de reprise d’évoquer encore une fois les vacances et l’ambiance des festivals. Je ne vais pas radoter, pour une fois, et vous redire la beauté d’Avignon, de ses rues, de ses habitant.es. Je voudrais évoquer ici un des très nombreux théâtres avignonnais au nom si beau, le théâtre des amants qui de plus est situé rue du Grand Paradis. Tout un programme non ?


Licence Creative Commons
Festival, fin d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

samedi 22 juillet 2017

Festival, encore…

À la publication de mon dernier billet, quelles lectrices m’ont envoyé de gentils messages pour m’assurer de leur assiduité voire fidélité, en tant que lectrice, faut-il le préciser. Je tiens à les en remercier. Et pour rester dans l’ambiance festivalière, je me dois quand même de vous indiquer que, hélas, mon lectorat est plus nombreux que le public de certaines excellentes pièces de théâtre du off.
Mais ne me prenez pas à l’envers, ou plutôt ne prenez pas mes propos à l’envers. Il s’agit non d’une incitation à moins me lire mais au contraire une incitation à aller plus voir les spectacles du off et à me lire plus encore avec une jouissive allégresse…



Licence Creative Commons
Festival, encore… d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

mercredi 19 juillet 2017

Mon plaisir, suite

Les lectrices, lecteurs assidu.es se souviennent sans aucun doute d’un billet que j’ai publié le 20 août 2010 et intitulé "le bon plaisir." Et je dois avouer que j’aime commencer ainsi un billet, pouvant ainsi laisser croire aux âmes naïves que j’ai un lectorat fidèle et nombreux. Mais je dois te l’avouer "— Hypocrite lecteur, — mon semblable, — mon frère !" tu es bien peu nombreux à me lire et c’est pour cela que je cite ce texte précédent pour t’inspirer le désir inextinguible de lire un second billet.
Après une telle digression il est plus que temps que je revienne au sujet de ce billet qui aurait pu s’appeler aussi Festival, suite.. Donc si à Montauban un bus arbore fièrement AMONPLAISIR comme destination, Arles n'a rien à lui envier. Les panneaux indicateurs vous invitent à rejoindre à la fois MONPLAISIR et TREBON. Quels sens faut-il donc donner à cette signalisation ?



Licence Creative Commons
Mon plaisir, suite d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

samedi 15 juillet 2017

Festival,

Même si j’aime Paris, il est agréable aussi de quitter cette ville pour mieux la retrouver certes, mais aussi pour revenir dans le Sud. Cette année j’ai commencé mes vacances par un passage à Avignon. Qu’en dire ? La ville est toujours aussi belle, le soleil radieux les cigales assourdissantes, et les femmes diablement tentantes. Comment pourrais-je résister alors au plaisir de vous livrer une citation qui semble faite à merveille pour décrire l’ambiance d’une soirée. "il y avait des regards de feu, des sourires languides qui laissaient pressentir des choses impossibles"


Licence Creative Commons
Festival, d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.