- Je bois au beau sexe des deux hémisphères.
- Et moi, je bois aux deux hémisphères du beau sexe !
Marquis de Bièvre

vendredi 22 juin 2018

Écriture autocontrainte, vingtième jour

Rimes imposées: boucan, question, semences.
 

Mais quand elle lira, seule, mes vers ou quand
Elle les entendra, qu'au cri du toucan
Ils ne ressemblent jamais, pas plus à un boucan.
Dans cette activité, pas la moindre inaction,
De cesser de rimer, il ne serait question.
Au risque d'attraper là une indigestion,
Je veux pouvoir mes mots rependre avec démence,
Comme dragon ailé épandant ses semences,
Et que la diffusion de mes vers soit immense.


Licence Creative Commons

Écriture autocontrainte, vingtième jour d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

mardi 19 juin 2018

Écriture autocontrainte, dix-neuvième jour

Rimes imposées: bien, héritier, comparer

Que mes mots l'honorent, je l'espère ô combien.
Car ils ne sont écrits toujours que pour son bien,
J'écrirai pour elle, même des mots lesbiens.
Je ne prétends être nullement l'héritier
De vrais grands poètes, je n'y suis à moitié,
Et je m'attèlerai à ce si beau chantier.
Mais je n'espère pas qu'on puisse comparer
A ceux d'un écrivain mes mots empoussiérés,
Car je veux pour elle mes mots exubérer.


Licence Creative Commons

Écriture autocontrainte, dix-neuvième jour d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

lundi 18 juin 2018

Un quatuor animé

L'idée de ce texte m'est venue après avoir vu un quatuor, sans corde, sur un GIF animé. Deux hommes, deux femmes. Un homme est au premier plan à droite, de trois quarts dos, il sourit et regarde vers le fond en direction des trois autres. L'autre homme est au fond à gauche, souriant aussi. Une blonde est devant lui, nue semble-t-il, c'est la seule à être nue, et elle le suce avec application, d'autant plus qu'une seconde femme, brune, habillée elle, mais avec un décolleté fascinant, a la main sur sa tête et lui donne le rythme. Elle sourit à l'homme au premier plan et ce sourire est somptueux.
Ils sont quatre et l'on peut supposer que ce sont deux couples qui jouent ensemble, mais quels sont les couples, et en fonction de la composition des couples, quel serait le sens de ce sourire ?
Le compagnon de la brune souriante pourrait être l'homme au premier plan, et elle lui sourirait pour lui dire qu’elle aime voir dans son regard à lui le désir d'une autre femme, mais que c'est elle qui mène le jeu et qu'elle va le sucer divinement.
Son compagnon pourrait être l'autre homme, celui qui se fait sucer. Elle sourirait alors au compagnon de la fellatrice, qui regarde sa compagne sucer un autre homme, car elle a envie de lui devant son compagnon.
Et enfin, la brune souriante pourrait être la compagne de la blonde et son sourire pourrait signifier, ma compagne le suce mieux que toi.
Qu'en pensez-vous ?


Licence Creative Commons

Un quatuor animé d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International
d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

Écriture autocontrainte, dix-huitième jour

Rimes imposées: autrefois, présent, rigolade, vent

Les mots contraints furent un plaisir autrefois,
J'ai quelques contraintes cependant quelquefois,
Mais reviendront les mots de Popins toutefois.
En espérant ce jour, écrivons au présent,
Et pour elle, toujours, soyons hyper présents
Ecrivons nos rimes qui seront son présent.
Ecrire ainsi des vers n'est donc pas que rigolade,
Car je ne voudrais pas qu'ils partent en marmelade
Ni qu'ils ne finissent en affreuse salade.
Cela ne sera pas pour moi démotivant,
Je serai toujours là, pour Popins écrivant,
Ces mots qu'en hommage lui portera le vent.


Licence Creative Commons

Écriture autocontrainte, dix-huitième jour d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

dimanche 17 juin 2018

Trois phrases

Trois phrases contenant les mots : huile, arbre, herbe, savon, verveine, chat, chien, cheval, levain, cendre, nuage

Sous la douche, elle avait en main son savon à l'huile d'olive qui évoquait pour elle sa Provence et les senteurs d'herbes aromatiques, et commença à en enduire le corps de son amant, nu dressé devant elle comme un arbre. Elle versa ensuite sur ses cheveux un shampoing à la verveine dont l'odeur la charmait et la faisait ronronner comme petit chat, tout en songeant que tout à l'heure tel un chien il la prendrait. Elle effleura son sexe, il se mit à bander comme un cheval, son sexe se dressant sous l'effet de cet effleurement divin levain, il la prit aussitôt, intensément, elle en jouit sublimement, emportée sur un nuage de jouissances, et n'en redescendit que le corps et les sens ravagés lui semblant n'être plus que ruines et cendres.

Licence Creative Commons

Trois phrases d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

Écriture autocontrainte, dix-septième jour

Rimes imposées: voluptueux, douceur, claque, foutre

Je suis probablement un peu présomptueux
De vouloir pour Popins tracer vers somptueux
Ce qui est constamment plaisir voluptueux.
Écrire ainsi pour elle est pour moi douceur,
Il m'est exquis d'être de mes vers polisseur,
Pour cette douce amie, de rimes fournisseurs
Mais ne suis-je parfois à côté de la plaque,
Aurais-je patiné soudain sur dans une flaque,
Indubitablement, je mérite une claque.
Aurais-je ma tête cognée contre une poutre
J'ai oublié une rime et pas la moindre en outre
J'ai omis pour Popins de faire rimer foutre !


Licence Creative Commons

Écriture autocontrainte, dix-septième jour d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

samedi 16 juin 2018

Un sonnet impudique pour une joueuse de mots

Un poème contenant les mots: sexe, con, vît, seins, lèvres, bite, clitoris.

Ouverte et offerte, belle comme un iris,
Toujours elle est source d'un désir qui m'enfièvre.
Envie de la lécher, sentir entre mes lèvres
Se gonfler de plaisir, son rose clitoris.

Elle exerce un attrait qui n'a rien d'abscons
Et soudain je suis pris, là, d'une ardeur subite
Je bande comme un âne et veux fourrer ma bite,
Écartant ses cuisses, tout au fond de son con.

Comment, à ce moment, ne pas être ravi,
La regardant ainsi empalée sur mon vit
Raide, dressé, tendu, s'enfonçant dans son sexe

Elle me chevauche, faisant danser ses seins,
Avec une ardeur telle à sonner le tocsin,
Et jouissons tous deux, mon sexe dans son sexe.


Licence Creative Commons

Un sonnet impudique pour une joueuse de mots d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International