- Je bois au beau sexe des deux hémisphères.
- Et moi, je bois aux deux hémisphères du beau sexe !
Marquis de Bièvre

mercredi 18 octobre 2017

Encore un compliment

J'ai  publié à quelques occasions des textes au sujet de compliment, Un beau compliment, Un si beau compliment. Je vais encore une fois revenir sur un sujet captivant et vous offrir une somptueuse citation " il n'est gaillard dont la virilité ne se soir promptement dressée comme concombre en potager sous le regard lascif de cette colombe… Et quel concombre, mes aïeux !"
Qu'ajouter à cela ?


Licence Creative Commons
Encore un compliment d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

mardi 17 octobre 2017

Très honoré·e !

A la suite de la publication de l'un de mes derniers billets, Très honorée, l'une de mes lectrices, tout aussi charmante qu'honorable, honorable signifiant digne d'être honoré·e, ce qui est tout à fait le cas de cette charmante personne délicieusement honorable, m'a signalé une erreur dans le texte, erreur rectifiée depuis lors. Dans la dernière phrase, baisé était au masculin.
Rien de bien important, pourriez-vous dire, pas de quoi en fouetter un chat, ni une chatte, fut-elle celle d'une charmante lectrice. Cependant ce lapsus calami révèle sans aucun doute une vraie question qu'il convient de traiter à fond. En effet dans le TLFi ce sens précis n'est mentionné que pour l'expression honorer une femme. Cette discrimination ne doit être acceptée et l'expression doit pouvoir être utilisée indifférent quel que soit le sexe. Un homme doit pouvoir déclarer à sa·son partenaire, j'ai été profondément honoré !


Licence Creative Commons
Très honoré·e ! d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

lundi 16 octobre 2017

Une caresse…

Non, ce n'est pas un souvenir que je vous livre ce matin, mais une phrase lue avec bonheur tout à l'heure dans le RER.  "Les hétaïres « cilcillaient » les Coumans, comme l'on disait pour désigner certaine caresse du bout des cils papillonnant aux endroits les plus chauds du corps masculin."
Cette idée de caresse m'a laissé rêveur, et pire encore…


Licence Creative Commons
Une caresse… d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

dimanche 15 octobre 2017

Très honorée…

Lors d'un échange badin avec une dame, charmante manieuse de mots en tous sens, celle-ci eut une fort jolie réplique " Je suis fort honorée…" Je ne vais pas pour autant vous en dire plus sur nos échanges, mais je voudrais revenir sur cette réplique polysémique. Le sens habituel donné à cette phrase est celui que le TLFi définit comme "accorder une grâce, une faveur, une distinction qui procure de la considération, de l'estime", avec comme exemples, "honorer qqn de son attention, d'une charge, de sa confiance, de ses confidences, de sa protection, d'un titre." Rien de fascinant jusque-là me direz-vous, à juste titre.
Mais, toujours selon le TLFi ce mot a aussi quelque autre sens et notamment " Honorer une femme. Avoir des relations sexuelles avec elle." Vous conviendrez que lu ainsi la réplique de la charmante dame prend un tout autre sens et en termes plus crus pourrait se traduire ainsi "Je suis somptueusement baisé·e !"


Licence Creative Commons
Très honorée… d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

vendredi 13 octobre 2017

Le charme discret de la bourgeoisie

Est-il utile de préciser quelle est la provenance du titre de ce billet ? Il faut bien reconnaitre que lorsque l'on pose une telle question la réponse est contenue dans la question et, en l'occurrence, est positive. Donc pour celles et ceux qui ne le sauraient pas ce titre est le tire d'un film de Luis Buñuel sorti en salle il y a plus de quarante ans. Et je précise que je ne saurais que trop vous conseiller de le voir si vous ne l'avez pas déjà fait.
Mais je m'aperçois que, encore une fois, je digresse et m'éloigne de mon sujet. J'ai découvert une nouvelle citation qui illustre non pas le film, mais le titre pris au premier degré "Très beau d'ailleurs, boiseries anciennes du sol au plafond, tapisseries d'Aubusson, une scène de chasse avec quelques détails discrètement licencieux."
N'est-ce pas d'un érotisme délicieux, bien plus troublant et suggestif que certains placards pornographiques relevant plus de l'étude anatomique que de l'éveil du désir ?

Licence Creative Commons
Le charme discret de la bourgeoisie d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

jeudi 12 octobre 2017

Slogan jouissif

Celles et ceux qui suivent de plus ou moins prés les actualités ou activités politico-syndicales ont déjà du noter que parfois les slogans ne brillent pas leur finesse d'esprit voire peuvent être sexistes, homophobes ou même pires.
J'ai donc été très agréablement surpris par un slogan prenant allègrement le contre-pied
"Macron, Macron ! On t'encule pas. La sodomie, c'est entre ami•es!"
N'est-ce pas jouissif ?


Licence Creative Commons
Slogan jouissif d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

mardi 10 octobre 2017

Lectures…

Il serait inconvenant de ma part de ne pas faire précéder ce billet d'un avertissement, ce texte ne contient ni textes et ni images susceptibles de choquer un public jeune ou non averti, pour être tout à fait précis il ne contient aucune allusion sexuelle, pornographique, érotique ou autre…
Je comprends que pour certain•es habitué•es la lecture puisse donc en être ardue, insupportable voire que vous ne puissiez le lire en entier. Ce qui ne serait nullement gênant puisque cela m'offre une transition avec le sujet de ce billet consacré aux livres que nous n'avons pas terminés. Je viens en effet de découvrir que France culture a publié le top 10 des livres qui nous sont tombés des mains. Pour celles et ceux qui n'auraient pas le courage de chercher je vous la donne dans l'ordre
"Ulysse", de James Joyce
"Les Bienveillantes", de Jonathan Littell
"À la Recherche du temps perdu", de Marcel Proust
"Le Seigneur des anneaux", de J. R. R. Tolkien
"Belle du Seigneur", d'Albert Cohen
"L'Homme sans qualités", de Robert Musil
"Le Rouge et le Noir", de Stendhal
"Madame Bovary", de Gustave Flaubert
"Cent ans de solitude", de Gabriel Garcia Marquez
"Voyage au bout de la nuit", de Louis-Ferdinand Céline
Encore une fois je crains de ne pas être dans la norme. J'en ai commencé neuf, le dixième n'étant même pas dans ma très longue liste des livres à lire, j'en ai fini sept, abandonné un et un autre est en phase de lecture par à-coups. Mais surtout cinq sont pour moi de superbes souvenirs de lecture. Et de plus je dois vous avouer que dans l'un des dix j'ai trouvé une inspiration pour l'un de mes billets, mais je ne vous indiquerai pas lequel, en effet ce texte ne contient ni textes et ni images susceptibles de choquer un public jeune ou non averti…



Licence Creative Commons
Lectures… d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.