- Je bois au beau sexe des deux hémisphères.
- Et moi, je bois aux deux hémisphères du beau sexe !
Marquis de Bièvre

vendredi 13 juin 2014

Un texte un peu cavalier….

C'est un polar intéressant, lui disais-je, dont l'action se déroule en 1870, mais la conversation a dévié et je ne lui en pas dit plus. Je n'ai pas eu le temps de lui en citer quelques passages.
Pourtant l'un est tout à fait charmant, une femme déclare "Monsieur est increvable, monsieur va finir par me mettre le feu aux intérieurs ! Doucement tout de même, on n'est pas dans les haras de l'empereur." Et pour mieux enfoncer le clou, quelques lignes plus loin, l'auteur précise "On croirait un cavalier cravachant une carne à bout de souffle, poursuivi par des loups ou un escadron de cosaques."
Le sport de la fédération française d'équitation le disait bien, le cheval c'est trop génial !

1 commentaire:

  1. Sans mors, sans éperon, sans bride, partons à cheval sur le vin pour un ciel féerique et divin ! Nous fuirons sans repos ni trêve, vers le paradis de mes rêves !
    (Charles Baudelaire)

    RépondreSupprimer