- Je bois au beau sexe des deux hémisphères.
- Et moi, je bois aux deux hémisphères du beau sexe !
Marquis de Bièvre

lundi 19 janvier 2015

Déduction ?

Toujours plongé dans mes lectures, après les songes érotiques d'un séminariste, j'ai découvert un dialogue savoureux
"- Tu sauras te passer de moi cette nuit…
- Ça rend sourd !
- Tu sais bien ce que je veux dire.
Mme Lancelot allonge le bras et flatte l'érection qui distend le pantalon de Dulac.
- Il n'y a pas qu'en affaires que tu es dur, Germain je te fais confiance pour savoir où aller régler celle-ci sans avoir à traiter de la main à la main!.../… tu baises trop bien pour être fidèle mon chou !"

Si je vous fais partager cet échange délicieusement écrit, c'est aussi pour vous faire partager une interrogation qui s'est imposée à moi. Si du fait qu'il baise trop bien l'on peut en déduire qu'il  n'est pas fidèle, pourrait-on, à contrario, en déduite que ceux qui baisent comme des brèles sont d'une fidélité absolue ?

2 commentaires:

  1. ou célibataire? et que tous les couples sont infidèles

    RépondreSupprimer
  2. Je poursuis votre déduction : "ceux qui baisent comme des brèles sont d'une fidélité absolue, et celles qui bénéficient de leur assiduité n'ont pas fini d'en souffrir."

    RépondreSupprimer