- Je bois au beau sexe des deux hémisphères.
- Et moi, je bois aux deux hémisphères du beau sexe !
Marquis de Bièvre

vendredi 20 février 2015

Suite, du nouveau ?

Le hasard existe-t-il ? La question est à la fois banale et sans intérêt, mais parfois elle peut légitimement se poser. Encore une fois une lecture me ramène à mon billet précédent. J'avais pourtant après cet article sur le fist fait presque un grand écart en me plongeant dans les mémoires d'un abbé dont la vie s'est déroulée à cheval sur les pénultième et dernier  siècles. Et je précise pour les esprits chagrins que cet abbé-là était fort connu pour son introduction dans les milieux littéraires mais non pour des pratiques sexuelles diverses, et je vous interdis de ricaner en m'imaginant tenter un grand écart.
Cet abbé écrit donc dans son journal "Il m'a donné des détails navrants sur la sodomie à Paris. Elle existe et tend même  à se développer. Les forts de la halle pratiquent la chose. Il y a, rue des Vertus (quelle ironie que ce mot !), un bouge où ils se réunissent pour s'y souiller de la sorte."
Il y aurait donc eu à la fin du dix-neuvième siècle un backroom dans le quartier du Marais, nihil novi sub sole ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire