- Je bois au beau sexe des deux hémisphères.
- Et moi, je bois aux deux hémisphères du beau sexe !
Marquis de Bièvre

jeudi 22 mars 2018

Écriture contrainte quatre-vingt-unième jour

Contrainte: synallagmatique, paisible, eschatologie, extase, cocasse, jaculatoire, s'ébaudir, obvie, cuniculophile

Oui, vous l'avez compris nous aimons avec la belle jouer en tous sens, et notamment partager les plaisirs de la sodomie, nous nous enculons donc à tour de rôle ou parfois simultanément. Il s'agit bien d'une pratique dans laquelle nous nous obligeons    réciproquement l'un envers l'autre, en quelque sorte une sodomie synallagmatique au sens de l'article 1106 du Code civil. Nos activités ne se caractérisent donc sûrement pas par leur aspect paisible, et ce d'autant moins que nous y joignons une vraie réflexion sur une eschatologie faisant la part belle à l'extase. Certes certain·e·s vont trouver cela cocasse. Faut-il rappeler cependant que le libertinage était une philosophie, et mentionnerais-je ici l'ouvrage de Sade, la philosophie dans le boudoir. Mais évoquant ce sujet, je me laisserais facilement emporter et mon ton pourrait en devenir trop impérieux, trop jaculatoire. Si nous rapprochons c'est deux pratiques, c'est tout simplement car s'ébaudir de toutes les façons à la fois en est la raison obvie. Et si nous aimons à nous échauffer les neurones nous n'en aimons pas moins baiser comme cuniculophiles en chaleur…

 
  Licence Creative Commons

Écriture contrainte quatre-vingt-unième jour d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire